Dans Libération, une journaliste du Bondy Blog démontrent que les médias ne sont pas représentatifs de la population française.

Dans un papier dans Libération, une journaliste du Bondy Blog interpelle les directeurs de rédaction des différents médias, qui n’emploient selon elle pas assez de journalistes issus des « minorités. »

« Les jeunes, les femmes, les pauvres, les banlieusards, les Noirs, les Arabes, les handicapés, tous ceux qu’on cache derrière les mots « diversité » ou « minorités » semblent aujourd’hui et plus que jamais « minorisés ». » Dans une tribune en forme de lettre ouverte aux dirigeants de médias, la journaliste du Bondy Blog Widad Ketfi dénonce le manque de représentativité dans les médias. Elle y évoque notamment « l’absence de diversité dans les médias. » Si Libé a, ce week-end, ouvert ses colonnes au Bondy Blog, la sphère des médias reste indéniablement « de race blanche », pour employer les termes de Nadine Morano.

Les journalistes non blancs peu nombreux

« Si les statistiques ethniques sur les salariés n’existent pas, elles brillent pourtant par leur flagrance », remarque la journaliste, qui assure qu’il n’y a « aucun journaliste noir à Libération, à peine plus au Monde, où les journalistes non blancs se comptent sur les doigts d’une main. Idem pour Mediapart, qui par son indépendance et sa ligne devrait être exemplaire. » Le journaliste Serge Michel résume très bien la situation : « Le beur, le Noir, ça reste des sujets. Des collègues, non. »

Et si la question se pose, c’est qu’on remarque que l’Islam, les banlieues ou les jeunes – car dans les médias, ces derniers sont aussi une minorité – sont des sujets en général mal traités par les journalistes. Or, la France n’est pas comme ça, elle est composée de musulmans à 8 %, de 9,6 millions de handicapés et de près de 25 % de moins de 20 ans. Alors une question très simple se pose – et c’est Wided Ketfi qui l’écrit dans Libération – : « Combien de temps faudra-il attendre pour que les médias ressemblent aux Français ? »

Diversité : lettre ouverte aux directeurs de rédaction (ici)

Yassine Bannani

Laisser un commentaire