Ce samedi, la France et le royaume chérifien ont signé une déclaration conjointe relative à la coopération en matière de formation d'imams.

Ce samedi 19 septembre, à l’occasion de la visite de François Hollande au Maroc, la France et le royaume chérifien ont signé une « déclaration conjointe relative à la coopération en matière de formation d’imams à l’institut Mohammed VI. »

En mars, le roi du Maroc avait inauguré à Rabat un institut de formation des imams marocains et étrangers. Son objectif ? Promouvoir un Islam tolérant. Le texte signé par l’institut de formation indique que la formation doit « promouvoir un Islam du juste milieu. » Le Maroc veut peser sur l’Islam, au niveau national mais aussi sur le continent africain.

Un « Islam du juste milieu »

La formation des imams proposée par le Maroc sera conforme aux « valeurs d’ouverture et de tolérance », indique le texte. Surtout, l’enseignement sera « pleinement ancré dans les valeurs de la République et de la laïcité. » Ce sont donc cinquante imams français qui pourraient, chaque année, suivre une formation religieuse dans cet institut. Une formation à laquelle un enseignement civique sera dispensé. La décision plaît à l’Union des mosquées de France (UMF).

Son président, Mohammed Moussaoui, a écrit dans un communiqué : « Grâce à cette coopération entre la France et le Maroc, l’UMF espère pouvoir répondre aux besoins immédiats en matière de formation d’imams et d’aumôniers et préparer par la même occasion les futurs enseignants des structures de formation à créer sur le territoire français. » Pour lui, l’UMF est « convaincue que la formation d’imams disposant des connaissances nécessaires pour promouvoir l’Islam de juste milieu doit être au cœur de tout dispositif de prévention et de lutte contre les dérives extrémistes. »

France-Maroc : vers la formation d’imams d' »un islam du juste milieu » (ici)

Yassine Bannani

Laisser un commentaire