Il est « toujours Charlie » et ne cesse de le clamer haut et fort. Manuel Valls sera d’ailleurs, demain, présent à l’événement organisé en hommage à Charlie Hebdo organisé par le Printemps républicain, la LICRA et l’obscure organisation de Céline Pina, le Comité Laïcité République.

En 2012, Manuel Valls l’affirmait : « La liberté d’expression, c’est un droit fondamental, la liberté de caricature fait partie de ce droit fondamental. » Alors ministre, Valls refusait alors toute remise en cause « droit d’expression, celui de l’information, de l’opinion, de la caricature dans le cadre évidemment de la loi. »

Mais ce vendredi, le magazine Les Inrocks a tweeté un article titré : « L’alcool pourrait causer des dommages génétiques irréversibles. » Un tweet illustré par une photo de l’ancien Premier ministre, désormais simple député de l’Essonne.

Ce que n’a pas goûté le principal concerné. Dans un tweet, Manuel Valls estime être considéré « comme un adversaire politique » et estime que le magazine a « dépassé toutes les bornes. » Manuel Valls « attend une explication rapide. »