Contactez-nous

International

Quand la Maison-Blanche parle d’un « faux » attentat à Minneapolis

Pour expliquer son manque de compassion à l’égard de la communauté musulmane, Trump met en doute la véracité de l’attentat contre la mosquée de Minneapolis.

Publié

le

Un responsable de la Maison-Blanche est allé très loin, mardi dernier. Sur la chaîne MSNBC, Sebastian Gorka, l’assistant adjoint de Donald Trump, a voulu défendre son président qui n’a pas condamné l’attaque dont a été la cible une mosquée près de Minneapolis. La Maison-Blanche ne commentera pas cet acte, dit-il, tant que « l’enquête ne sera pas finalisée ». Surtout, le responsable estime que cette attaque à la bombe artisanale pourrait être « un faux crime de haine » provoqué par « des gauchistes ». Le gouverneur du Minnesota Mark Dayton avait, lui, rapidement dénoncé « un acte criminel et terroriste ». Donald Trump préfère, de son côté, « attendre et voir » si l’explosion n’était pas un coup monté.

De quoi exaspérer Asad Zaman, responsable du CAIR (Council on American-Islamic Relations) dans le Minnesota. « Je trouve ce commentaire scandaleux et offensant. Attendre qu’une enquête soit terminée n’a pas été quelque chose que Trump a fait lorsque les auteurs étaient musulmans », explique-t-il, parlant d’« hypocrisie » de la part du président américain. « Cela empêche-t-il le président d’exprimer sa sympathie pour les membres du lieu de culte qui a été attaqué? », demande Asad Zaman. Pour Ibrahim Hooper, directeur de la communication du CAIR, Donald Trump « doit vraiment se prononcer contre ce type d’acte » car, considère-t-il, son silence ressemble à un « soutien tacite » à l’islamophobie.

Sebastian Gorka va d’ailleurs plus loin que Donald Trump dans sa sortie sur MSNBC. Pour lui, un acte d’un extrémiste antimusulmans semble impossible. « Il n’y a pas de loup solitaire. Vous le savez bien. C’était une expression inventée par la dernière administration pour rendre les Américains stupides », a indiqué le responsable de la Maison-Blanche. Avant d’ajouter : « Il n’y a jamais eu d’attaque sérieuse ou un complot sérieux qui n’ait été lié à Daesh ou à al-Qaïda. » L’assistant adjoint de Donald Trump semble avoir oublié l’attaque à la bombe à Oklahoma, en 1995, perpétrée par un membre de l’extrême droite américaine, Timothy McVeigh. Le silence de Donald Trump est en tout cas assourdissant dans ce dossier.

Laisser un commentaire

Horaires de prière

Horaires de prières

Lettre d’information

Restez dans l'actu avec LeMuslimPost

Facebook

Tweets

Publicité

A la une