Déni de réalité.Quand la Maison-Blanche parle d’un « faux » attentat à Minneapolis