Contactez-nous

Politique

Maires salafistes : Gérard Collomb a-t-il vraiment dit cela ?

Selon une chroniqueuse de Pascal Praud, Gérard Collomb aurait déclaré : « Ce que nous redoutons le plus pour les prochaines élections municipales, c’est d’avoir des maires salafistes. »

Publié

le

Invitée sur CNEWS dans « L’heure des pros », Gérard Davet et Fabrice Lhomme sont venus faire la promotion de leur livre polémique « Inch’allah ». Et on le sait, chez Pascal Praud, les fausses anecdotes sur l’Islam sont légion : vérification des cabas dans les quartiers populaires pour vérifier si la nourriture est halal, café non mixte de Sevran, dictée à l’école avec une sourate du Coran… L’animateur relaie sans vérification aucune les propos tenus sur les réseaux sociaux.

L’ex-journaliste Patricia Balme, communicante controversée — elle travaille notamment avec le Camerounais Paul Biya — et invitée sur la plateau de CNEWS, s’est laissée aller à une indiscrétion étonnante. « J’ai eu la chance de prendre un petit-déjeuner avec Gérard Collomb trois semaines avant son départ du ministère, raconte Patricia Balme. Gérard Collomb (…) m’a dit une chose que je n’oublierai jamais : ‘Ce que nous redoutons le plus pour les prochaines élections municipales, c’est d’avoir des maires salafistes. »

Des propos immédiatement relayés par la fachosphère. Sauf que cette phrase montre toute la méconnaissance du sujet : « Si un salafiste est candidat aux élections, alors il n’est plus salafiste », ironise Romain Caillet, chercheur et consultant sur les questions islamistes, qui connaît bien la doctrine salafiste, joint par LeMuslimPost. Il rappelle que le salafisme est incompatible avec un quelconque mode de scrutin. Pour l’expert, l’ex-journaliste doit parler des candidats « qui ont deux ou trois poils sur le menton et qui ont un certain attachement à l’Islam. » Autrement dit les musulmans ?

C’est ce que pense Nathalie Goulet, sénatrice de l’Orne. L’élue rappelle que « dans la France de l’égalité des citoyens devant la loi , les Français de confession musulmane sont des Français à part entière, pas des Français à part, donc éligibles. »


Reste à savoir si Gérard Collomb a réellement tenu ces propos rapportés par Patricia Balme. « L’ancien ministre de l’Intérieur sait normalement de quoi il parle. Il a peut-être évoqué des ‘islamistes’ ou des ‘intégristes’, mais il serait étonnant qu’il ait parlé de ‘salafistes’ », affirme, dubitatif, Romain Caillet.

Laisser un commentaire

Horaires de prière

Horaires de prières

Facebook

Tweets

Muslimoscope