Le ministre de l’Intérieur a rassuré les responsables chrétiens quant à la loi « séparatisme ». Ce texte, dit-il, leur garantit la liberté de culte. Il sera surtout destiné au culte musulman, poursuit-il.

A ceux qui doutaient que le projet de loi « séparatisme » était écrit sur mesure pour la communauté musulmane, Gérald Darmanin vient mettre fin au suspense. Alors que les responsables chrétiens s’étaient montrés inquiets, le ministre de l’Intérieur a écrit une tribune publiée dans Le Figaro. La future loi « ne menace en rien la liberté des religions », écrit-il. Il rassure ainsi les présidents de la Conférence des évêques de France, de la Fédération protestante de France et de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France. Quelques jours auparavant, les responsables de culte chrétiens s’étaient inquiétés de « possibles dérives » à cause de la loi « séparatisme ».

Gérald Darmanin, d’emblée, se veut donc rassurant en rappelant, à demi-mots, que le projet de loi est destiné à mettre fin à « une idéologie dangereuse, l’islamisme ». Après avoir été adopté en première lecture par les députés le mois dernier, le texte sera examiné par le Sénat dès le 30 mars. Les responsables chrétiens estiment que le texte « tourne le dos à la séparation » des Eglises et de l’Etat et qu’il « risque de porter atteinte aux libertés fondamentales que sont la liberté de culte, d’association », notamment. Mais Darmanin les prévient que la loi de 1905 sera respectée… Le ministre de l’Intérieur rappelle qu’un seul culte doit être inquiet, le « culte musulman » qui a émergé ces dernières années.

Darmanin vise notamment les associations musulmanes, généralement de loi 1901. « Actuellement, 92 % des mosquées sont gérées sous le statut associatif de droit commun, celui de 1901. Il s’ensuit des ennuis fréquents de gestion et une confusion des genres entre les activités cultuelles et les autres », dit-il. Selon lui, il faut faire face à « l’émergence d’un séparatisme identitaire qui se cache derrière le religieux ». Contre des déductions fiscales, Darmanin veut inciter les associations musulmanes à passer sous le régime de 1905, « plus transparent sur le plan comptable et financier ». Ce qui, selon lui, réduit le risque de dérive extrémiste. Voilà les chrétiens rassurés : la loi vise l’islam, et rien d’autre !