Le 10 mai prochain, la chancelière allemande Angela Merkel devait se rendre en Israël, comme chaque année depuis 2008. Il faut dire que les relations entre les deux pays sont importantes : l’Allemagne est le deuxième partenaire commercial le plus important d’Israël dans le monde après les Etats-Unis. Oui mais voilà, en votant la loi autorisant l’appropriation de terres de Cisjordanie, Israël semble avoir nettement refroidi les relations entre les deux pays. Officiellement, Angela Merkel ne se rendra pas à Tel-Aviv pour des raisons de calendrier compliqué : la chancelière affirme vouloir préparer les élections de septembre. Mais officieusement, indiquent des sources citées par 7sur7, c’est plutôt le vote, la semaine dernière, de la loi controversée qui serait à l’origine de cette annulation. Suite à ce vote, un porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères avait déclaré : « La confiance que nous avons dans l’engagement du gouvernement israélien à une solution à deux états a été profondément ébranlée. » Le ministère demandait que « la loi subisse bientôt un examen juridique critique » et espérait « que le gouvernement israélien renouvelle son engagement envers une solution négociée à deux Etats et qu’il étaye ceci par des mesures pratiques. » Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, faisant part de sa « déception », ajoutait que cette loi est « un coup sévère porté à la crédibilité du gouvernement israélien. » L’annulation de la visite d’Angela Merkel semble être une première réponse de l’Allemagne à ce texte qui légalise la colonisation.