Ce mardi, les sénateurs ont voté l’interdiction du port du voile lors des sorties scolaires. Des amendements inattendus à la loi « séparatisme ».

Le Rassemblement national n’aurait pas rêvé mieux. En octobre 2019, un élu RN de Bourgogne-Franche Comté demandait à une femme voilée accompagnatrice de jeunes élèves de retirer son voile lors d’une séance du Conseil régional. L’élu était alors hors-la-loi. Mais les Sénateurs sont venus à sa rescousse : un an et demi plus tard, alors que le Sénat discute, en première lecture, du projet de loi « confortant le respect des principes de la République », le nom plus édulcoré de la loi « séparatisme », la droite a voté deux amendements qui interdisent les signes religieux aux parents accompagnateurs pendant les sorties scolaires.

Deux amendements présentés par des sénateurs Les Républicains (LR) et Rassemblement démocratique et social européen (RDSE). Evidemment, dans le texte, il n’est pas explicitement question du voile islamique. Mais hier, c’est bien ce symbole religieux que les sénateurs visaient en étendant l’interdiction faite aux élèves des écoles, collèges et lycées publics de porter des signes ostentatoires religieux. Désormais, cette règle concerne aussi les « personnes qui participent, y compris lors des sorties scolaires, aux activités liées à l’enseignement dans ou en dehors des établissements, organisées par ces écoles et établissements publics locaux d’enseignement ».

L’argument de la droite est de dire qu’« une sortie scolaire n’a pas de raison d’être si ce n’est pas un acte pédagogique ». Comprenez : la religion n’a pas sa place dans une école laïque. Certes, le ministre de l’Intérieur a timidement tenté de dire qu’il ne fallait pas voter ces amendements. Mais sa force de conviction n’a visiblement pas suffi pour dissuader LR et RDSE.

Outre le voile, les élus se sont intéressé au burkini dans les piscines municipales. Le Sénat est donc en train de sauver la France à coup d’amendements islamophobes. Que même Gérald Darmanin n’aurait pas osé proposer. C’est dire.