L’expression de l’islamophobie dans les rues, ou les lieux de cultes musulmans devient une tendance à l’approche de l’élection présidentielle. À Château-Gontier-sur-Mayenne des tags islamophobes ont été découverts sur les murs du centre-ville, et en Isère, une salle de prière a fait l’objet d’importantes dégradations.

Depuis quelques mois, l’exécutif français s’acharne sur la communauté musulmane de France, en imposant l’instauration d’un nouveau cadre réglementaire régissant la pratique de l’islam en France. L’imposition de la Charte de la honte ou encore le remplacement du CFCM, ont montré l’élévation de la deuxième religion en France au rang de priorité, dans la mise en place de politiques. Tout le monde parle islam, que ce soit à droite, à gauche, au centre et chez les extrêmes.

La place prise par l’islam dans l’espace public, a ouvert une brèche à l’expression de l’islamophobie dans cet espace de débat. Plusieurs actes antimusulmans ont été enregistrés ces derniers mois. La tendance à la hausse de cette forme de racisme inquiète, dans la mesure où elle trouve de nombreux sympathisants, parmi lesquels, et en premier lieu, les responsables politiques.

Le dernier acte en date remonte à la nuit du 27 au 28 décembre. Des inscriptions islamophobes, ont été inscrites sur les murs, dans le centre-ville de Château-Gontier-sur-Mayenne. « Islam hors d’Europe » peut-on lire sur l’un des tags. Au total, une dizaine d’inscriptions ont été retrouvées, avec des insultes antimusulmans et même des références au nazisme.

Une enquête est en cours et la municipalité a décidé de porter plainte ainsi que les riverains dont les murs sont concernés. Pour Zineb El Mahta, lycéenne et membre de l’association Mosaïque « C’est inadmissible et c’est un grand manque de respect envers les Français de confession musulmane et envers tous les Français. On est tous des citoyens, ici c’est une ville paisible, je ne vois pas très bien la motivation des auteurs. Moi, je suis une enfant de la République. Quand je vois ce slogan ‘hors d’Europe’, je me demande s’ils veulent mettre des trains comme dans le passé. C’est triste mais on est resté déterminé pour avoir encore plus d’engagement dans la vie citoyenne de notre pays ».

Un acte irrespectueux, qui a très vite été dénoncé par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin sur Twitter « Soutien aux musulmans suite à la dégradation de la salle de prière de La Mure, en Isère, et aux inscriptions antimusulmans dans les rues de Château-Gontier-sur-Mayenne. Ces actes odieux sont contraires aux valeurs de la République ». Pourtant, la chasse aux sorcières, qu’il mène depuis la Place Beauvau, est à l’origine de ces dérives. En effet, l’institutionnalisation de la vendetta politique contre les mosquées, les associations de lutte contre l’islamophobie et les lieux de cultes musulmans, a donné lieu à l’expression de cette haine des musulmans.

L’établissement de cadres normatifs et législatifs, visant directement le culte musulman en France, et non pas les autres religions, commence à donner des fruits. La montée de l’islamophobie, la prolifération des discours et propos haineux, et l’avènement du racisme antimusulmans, illustrent le véritable résultat de ces politiques dites républicaines et démocratiques, pour contrer l’extrémisme religieux.