A l’Assemblée nationale, le MoDem a tenté de faire passer un amendement interdisant aux assesseurs des bureaux de vote tout signe religieux. Sans succès.

C’est un pont assez inattendu entre le Rassemblement national et le MoDem. Le députée européen RN Jordan Bardella a, lors des dernières élections, émargé face à une femme voilée. Une situation cocasse qui n’a pas manqué de provoquer indignation d’un côté, moqueries envers le dirigeant politique d’extrême droite de l’autre.

Si on savait que le parti de Marine Le Pen allait profiter de l’occasion, sans opposition de la part de LREM et de Marlène Schiappa, qui s’étaient récemment opposés à la présence de femmes voilées sur les listes électorales, on était loin d’imaginer que le MoDem allait lui aussi s’engouffrer dans la brèche.

Le parti fondé par François Bayrou a en effet, lors des discussions sur la loi « séparatisme », proposé un amendement pour tenter de faire interdire tout signe ostentatoire d’appartenance religieuse pour le personnel des bureaux de vote.

Les députés de l’Assemblée nationale ont finalement rejeté l’amendement, malgré l’instance de François Pupponi. Le député MoDem a estimé que les assesseurs et assesseuses devaient être soumis aux mêmes règles que le président ou la présidente d’un bureau de vote, tenus par cette neutralité religieuse.

Le MoDem a proposé « que l’ensemble des membres d’un bureau de vote soient tenus à la neutralité, y compris religieuse », quelle que soit la confession. Mais bien évidemment, c’est surtout le voile qui était visé.

Une proposition saugrenue que même la ministre Marlène Schiappa a critiquée. Elle a en effet appelé à « ne pas alimenter une spirale de stigmatisation et de haine ». Du côté de LR, on a trouvé cet amendement trop anecdotique. Schiappa a même tenu à féliciter la dame qui avait fait voter Bardella. « Peut-être qu’avec plus dames comme elle et moins de gens comme vous la démocratie s’en porterait mieux », a-t-elle dit à Eric Ciotti.

Interdire les signes religieux, et notamment le voile, chez les assesseurs et assesseuses serait, selon LFI, un mauvais signal envoyé : Eric Coquerel s’est opposé à la « discrimination vis-à-vis des musulmans » qui est, selon la France Insoumise, « la meilleure façon de propager le séparatisme ». Heureusement, l’amendement n’a finalement pas été voté.