« Une délégation israélienne officielle se rendra à Abou Dhabi sur un vol direct de la compagnie El-Al pour la première fois », a déclaré vendredi un porte-parole du transporteur précisant que le vol devait avoir lieu lundi. D’ailleurs, le site web de l’Autorité israélienne de l’aviation civile affichait vendredi après-midi un vol EL AL de Tel-Aviv à Abou Dhabi lundi matin prochain.

Le porte-parole d’EL AL n’a pas précisé l’identité des membres de la délégation, mais le conseiller de la Maison Blanche et gendre du président Donald Trump, Jared Kushner, attendu dans les prochains jours en Israël, avait affirmé jeudi qu’il prendrait part au « premier vol commercial direct » entre Israël et les Emirats arabes unis.

« Je suis très concentré sur mon voyage de la semaine prochaine au Moyen-Orient, j’espère que nous pourrons consolider très fortement cet accord de paix et j’espère que nous pourrons utiliser cette percée pour avoir plus de dynamique », a-t-il ajouté dans un entretien avec le site d’information américain Politico.

Israël et les Emirats arabes unis avaient annoncé le 13 août la normalisation de leurs relations avec le projet notamment d’opérer des vols directs entre Tel-Aviv et Abou Dhabi ou Dubaï, deux principales villes des Emirats, et de favoriser le tourisme entre les deux pays.

Les Emirats et Israël sont géographiquement séparés par l’Arabie saoudite, pays allié des Etats-Unis et proche des Emirats, mais avec lequel Israël n’a pas de relations officielles.

« Nous avons déjà entamé les discussions pour ouvrir une ligne passant au-dessus de l’Arabie saoudite qui raccourcira le temps de vol entre Israël et les Emirats », avait déclaré la semaine dernière le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, précisant que les préparatifs s’effectuaient « avec beaucoup d’énergie ».

Le porte-parole d’EL AL n’a pas précisé vendredi si le vol Tel-Aviv-Abou Dhabi allait traverser ou contourner l’espace aérien saoudien.

Un avion aux couleurs de la compagnie émiratie Etihad Airways s’était posé à l’aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv en juin dernier. Cet appareil était chargé d’aide humanitaire et médicale pour aider les Palestiniens à endiguer la pandémie de Covid-19, et n’était pas considéré comme un vol commercial.

L’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas avait alors refusé cette aide, affirmant qu’elle n’avait pas fait l’objet d’une coordination préalable avec les Palestiniens mais Israël.