Twitter a fermé de nombreux comptes faisant l’apologie du régime chinois et justifiant la chasse aux Ouïghours.

Des comptes Twitter « ont amplifié les récits du Parti communiste chinois » liés au nettoyage des Ouïghours dans la province du Xinjiang. La plateforme américaine a déclaré avoir supprimé 3 465 comptes, dont certains réalisaient des « opérations d’information soutenues par l’État » chinois.

Selon Twitter, 112 autres comptes ont été supprimés. Tous étaient liés à « Changyu Culture », une entreprise privée soutenue par le gouvernement régional du Xinjiang.

Alors que les autorités chinoises sont accusées de violations des droits de l’homme contre les Ouïghours, avec notamment la mise en place de camps d’internement ou avec des destructions de mosquées, les réseaux sociaux permettent au gouvernement en place d’être blanchi par l’opinion publique.

On le sait, la Chine n’hésite pas à menacer tous ceux qui dénoncent ce génocide et affirme même, sans honte, que les camps mis en place par les autorités sont nécessaires pour « combattre l’extrémisme ».

Outre Twitter, la Chine est également présente sur Facebook. Le géant américain a affirmé, un peu plus tôt, avoir fermé plus de 500 comptes faisant partie d’une campagne d’influence liée à la Chine. Cette fois, il était question du Covid-19 et des Etats-Unis.