Ce sont des habitués de l’intimidation envers les musulmans. Après avoir occupé la mosquée de Poitiers il y a quelques mois, le groupe d’ultra-droite Génération identitaire a cette fois décidé de s’en prendre à la Grande mosquée de Lyon. Des visuels dénonçant les appels à la prière du lieu de culte lyonnais ont circulé sur les réseaux sociaux. « Partout où résonnera l’appel du muezzin en France, nous serons là pour défendre notre identité en rappelant que les envahisseurs de l’Europe ne sont pas chez eux », écrit un militant du groupuscule fasciste. Lundi, deux militants de Génération Identitaire basés à Lyon s’étaient rendus devant la mosquée pour « dénoncer les nombreux appels à la prière islamiques ».

Le recteur de la mosquée de Lyon, Kamel Kabtane, dénonce les méthodes de Génération identitaire. « C’est une prouesse digne des temps anciens, c’est une forme de terrorisme intellectuel pour faire peur aux musulmans », explique le recteur à l’AFP. Il a également « écrit au préfet pour lui demander que l’État protège la mosquée ».

Alors que le groupe d’extrême droite avait dénoncé des appels à la prière, le Conseil français du culte musulman et Kamel Kabtane ont d’abord tenu à préciser que l’information était fausse. En plein confinement, les prières collectives sont en effet interdites. Avec une nuance : un appel à la prière a bien retenti à Lyon, mais c’était un appel à la solidarité pour soutenir les personnels soignants. « Le 25 mars, le muezzin a fait un appel pour la première fois depuis 27 ans. Je suis inquiet, on va être montré du doigt au moindre acte de solidarité », s’étonne le recteur.