La Malaisie, pays hôte du championnat du monde de squash masculin par équipes, refuse d’octroyer des visas aux sportifs israéliens, qualifiés pour la compétition. Une interdiction motivée par des raisons politiques, dans la mesure où le pays à majorité musulmane n’entretient aucune relation avec l’Etat hébreu.  

La Malaisie, pays de confession musulmane, est un soutien historique et inconditionnel à la cause palestinienne. Les ressortissants de l’Etat h​ébreu, porteurs d’un passeport israélien sont interdits d’accès dans ce pays d’Asie du Sud-Est. Les deux Etats n’ont jamais entretenu de relations diplomatiques.

Le soutien malaisien aux Palestiniens s’est manifesté à plusieurs reprises, notamment lors de rencontres sportives à caractère international. En 2019, la Malaisie avait menacé d’interdire les israéliens de participer aux Championnats du monde de natation handisport. Une décision ayant conduit au retrait du droit d’organisation. Aujourd’hui, le pays asiatique refuse de fournir des visas aux sportifs israéliens, participant au Championnat de squash. 

Ce boycott est un véritable symbole pour le peuple palestinien. La Malaisie envoie un signal fort de résistance au colon israélien, rappelant au monde entier, que la Palestine n’est pas oubliée. Un geste salué par le Hamas, dont le porte-parole a déclaré « Ce refus refl​ète la position permanente et ferme de la Malaisie vis-​à-vis de la normalisation avec l’occupation, en signe de soutien au peuple palestinien ». 

Pourtant, cette décision a provoqué la colère de la fédération mondiale de squash. Elle a indiqué « avoir été informée que les autorités malaisiennes, pour l’instant, n’ont pas encore accepté de fournir des visas à l’équipe de squash israélienne. (Elle) s’engage à respecter le principe des championnats ouverts et inclusifs dans lesquels tous les membres des nations qui veulent participer sont bienvenus ». Pour sa part, la fédération israélienne a fait savoir que si aucune solution n’est trouvée par la fédération mondiale de squash, elle se tournerait vers le Tribunal arbitral du sport. 

Plusieurs sportifs de haut niveau ont témoigné de leur soutien à la cause palestinienne ces dernières années. Sur les réseaux sociaux, ou encore dans leurs disciplines et sur le terrain, en brandissant le drapeau de la Palestine. La défense de la cause palestinienne, souvent cantonnée au strict domaine de la diplomatie et de la géopolitique s’empare de toutes les sphères, publiques et privées. A l’heure o​​ù certains pays arabes normalisent leurs relations avec l’Etat d’Israël, la Palestine a plus que jamais besoin de soutien.