Le pape a longuement parlé de laïcité en France. Pour lui, elle y est définie de façon « incomplète. » Il en appelle aux politiques.

Lors d’un entretien avec le magazine La Vie, le pape n’a pas hésité à donner sa vision de la laïcité, fustigeant la France pour sa façon de la concevoir.

Cela part d’un compliment. « La France a réussi à instaurer dans la démocratie le concept de laïcité. C’est sain. De nos jours, un Etat se doit d’être laïc, mais s’il vous plaît, n’ébruitez pas ces propos », ironise le pape François dans une interview donnée au magazine catholique La Vie. Un compliment pour mieux critiquer ensuite la politique française en la matière. Car pour le pape, la laïcité française « est incomplète. » « La France doit devenir un pays plus laïc. Il faut une laïcité saine », ajoute le souverain pontife. Qu’entend le pape par cette laïcité « saine » ? Explications :« Une laïcité saine comprend une ouverture à toutes les formes de transcendance, selon les différentes traditions religieuses et philosophiques. D’ailleurs même un athée peut avoir une intériorité », précise François.

Le souverain pontife insiste également sur le fait que « la recherche de la transcendance n’est pas seulement un fait, mais un droit. » Et le pape d’ajouter, à demi-mots, que la France est en train de neutraliser les religions, à tort. Dans notre pays, « la laïcité résulte parfois trop de la philosophie des Lumières, pour laquelle les religions étaient une sous-culture. La France n’a pas encore réussi à dépasser cet héritage », affirme-t-il. Et là où le débat sur la laïcité divise une France qui n’avait pas besoin de cela, le pape insiste sur la dangerosité des populismes. Il en appelle à « dépasser les clivage. » Pour François, « si l’on veut éviter que chacun ne parte vers les extrêmes, il faut nourrir l’amitié et la recherche du bien commun, au delà des appartenances politiques. »

Yassine Bannani

Laisser un commentaire