Contactez-nous

International

Khalida Jarrar, une députée palestinienne en détention administrative

Khalida Jarrar, la députée palestinienne de gauche, passera six mois supplémentaires en prison après qu’Israël a prolongé sa détention administrative.

Publié

le

A l’été 2017, la députée Khalida Jarrar, membre du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) et présidente de la Commission des prisonniers du Conseil législatif palestinien, le parlement palestinien, était arrêtée à son domicile à Ramallah par les forces d’occupation. Khalida Jarrar est une habituée des arrestations : déjà en 2015, puis en 2016, elle avait été incarcérée pendant plus d’un an. Pour ce faire, Israël s’appuie sur la détention administrative, qui permet un emprisonnement sans procès.

L’élue palestinienne restera dans les geôles israéliennes : la détention administrative de Khalida Jarrar a en effet été prolongée, alors que la parlementaire allait être libérée dans deux semaines. La détention administrative a été prolongée d’au moins six mois, selon Amnesty International, qui estime qu’« Israël doit libérer immédiatement la parlementaire palestinienne » et rappelle que « la détention administrative permet la détention sans inculpation, ni procès, ni preuve. »

Arrêtée en 2015, l’élue avait été accusée d’avoir incité « à la violence et au terrorisme au cours des derniers mois. » Il faut dire que, s’il est un parti dans les territoires occupés, le Front Populaire de libération de la Palestine est considéré comme une organisation terroriste par Israël. Ces dernières années, le parti de gauche, qui dispose d’une branche armée, a revendiqué une tuerie dans une synagogue de Jérusalem et une attaque contre une voiture transportant des civils israéliens.

Laisser un commentaire

Horaires de prière

Horaires de prières

Facebook

Tweets

Muslimoscope