Huit morts et une dizaine de blessés aux Etats-Unis, au moins cinq personnes tuées en Afghanistan et une quinzaine de blessés : ce mardi aura été meurtrier partout dans le monde.

A Kaboul, un adolescent s’est en effet fait exploser dans la « zone verte », une enclave très sécurisée de la capitale afghane. L’attentat-suicide, revendiqué par Daesh, est l’un des plus meurtriers de ces derniers mois en Afghanistan — en mai, un attentat au camion piégé avait fait 150 morts et 400 blessés. Une attaque qui arrive alors que les Etats-Unis ont intensifié leurs bombardements dans ce pays dans lequel Donald Trump a décidé de mener une « longue guerre. »

Aux USA, les contrôles vont être encore renforcés

De l’autre côté de l’Atlantique, à New York, le chauffeur d’une camionnette a foncé sur des cyclistes. Huit morts et au moins onze blessés sont à déplorer dans cette attaque dans le sud de Manhattan. Donald Trump a immédiatement parlé de l’acte d’« une personne malade et déséquilibrée » avant d’accuser à demi-mots Daesh. « Nous ne devons pas permettre à l’Etat islamique de revenir ou entrer dans notre pays après les avoir vaincus au Moyen-Orient et ailleurs. Assez ! », a ainsi tweeté le président américain alors que les autorités locales n’avait pas encore établi aucun lien entre l’organisation terroriste et l’attaque.

Le maire de New York, Bill de Blasio, évoque lui un attentat. Donald Trump a d’ores et déjà annoncé qu’il avait ordonné au ministère de la Sécurité intérieure « de renforcer notre programme de vérification déjà extrême. » « Etre politiquement correct, c’est bien mais pas pour ça ! », estime le président américain.