L'Ambassadeur croate au Maroc a indiqué que l’Aïd et Fitr et l’Aïd al-Adha étaient chômés dans son pays, qui reconnaît l'Islam depuis 1916.

Ils ne sont que 56 000 dans ce petit Etat de 4,3 millions d’habitants. Et encore, ce nombre de musulmans a doublé suite à l’afflux de musulmans bosniaques après le découpage de la Yougoslavie.

Avec moins de 1,5 % de musulmans sur son territoire, on pourrait s’attendre à ce que ceux-ci aient du mal à trouver leur place dans un pays qui compte plus de 87 % de catholiques. Et pourtant. Présent à Rabat, pour une exposition consacrée à l’Islam en Croatie, l’Ambassadeur croate au Maroc, Zvonimir Frka Petesi, a indiqué vouloir « montrer que la Croatie a une communauté musulmane autochtone qui est présente depuis plus de trois siècles et qui fait partie de l’identité croate. » Un discours qui ferait bondir les adeptes de la tradition chrétienne de l’Europe.

Aïd et Fitr et Aïd al-Adha fériés en Croatie

Mais surtout, la Croatie va plus loin. Alors qu’en France, la demande du président de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) pour que les deux grandes fêtes musulmanes deviennent fériées soulève une polémique inexplicable, Zvonimir Frka Petesi a tenu à indique que la Croatie « est le seul pays de l’Union européenne où nos concitoyens de confession musulmane chôment l’Aïd et Fitr et l’Aïd al-Adha. » Des jours fériés musulmans, cela ne semble pas choquer le diplomate croate… Même les Etats-Unis avaient franchi cette étape.

« La Croatie est souvent perçue exclusivement comme un pays catholique », estime l’Ambassadeur de la Croatie. Mais celui-ci rappelle qu’il y a un siècle, son pays a reconnu l’Islam en tant que religion officielle. Il rappelle qu’il s’agit de « la troisième plus ancienne reconnaissance juridique de l’Islam » et que c’est un Croate, Herman le Dalmate, qui fut « l’auteur, avec l’Anglais Robert Chester, de la toute première traduction du Coran en latin. »

La Croatie se félicite d’être le seul pays de l’UE à offrir un jour chômé aux musulmans pour l’Aïd (ici)

Yassine Bannani

Laisser un commentaire