Avant sa mort, Jo Cox travaillait sur un rapport sur l’islamophobie