La Japon s’intéresse de plus en plus au marché halal et décide d'importer de l'alimentation halal à l'occasion des Jeux Olympiques 2020.

Bien que la communauté musulmane au Japon  compte moins de 100 000 personnes, ce pays ne fait pas la sourde oreille au potentiel important que représente le marché halal. Et le Japon ne rate aucune occasion pour prouver le respect et l’intérêt qu’il accorde aux musulmans. A l’occasion des Jeux Olympiques 2020 qui auront lieu à Tokyo, le pays va importer de l’alimentation halal pour accueillir dignement les athlètes musulmans. 

Des JO 2020 halal

Pour bien faire les choses, le Japon va importer des produits certifiés halal venant de Malaisie. Dans ce sens, le ministre de l’agriculture malaisien déclare: « L’entrée de produits halal au Japon est un mouvement préparatif précoce pour les Jeux olympiques qui auront lieu au Japon en 2020. […] Il y aura de nombreux athlètes musulmans qui ont besoin de nourriture halal ». Les produits importés sont estampillés halal par le ministère du développement islamique de Malaisie (Jakim). Pour que tout se passe bien un comité conjoint, entre le Japon et la Malaisie, serait créé pour s’assurer du caractère halal des produits à importer. Par ricochet, cette décision va profiter à la communauté musulmane du Japon qui va voir l’offre halal augmenter dans les 1800 hypermarchés du groupe Aeon.

Japon vs Europe : le gap

Le Japon est un pays qui n’en est pas à sa première expérience sur le marché halal. En effet, les universités japonaises ont su adapter des recettes traditionnelles telles que le washoku aux normes de l’islam pour présenter des plats halal aux étudiants musulmans. Une entreprise japonaise va même jusqu’à proposer une sauce de soja certifiée ‘licite’. A l’échelle internationale, le Japon continue à marquer sa présence sur le marché halal en organisant un sommet japonais qui réunit des experts et des producteurs d’aliments internationaux. Par contre, le halal fait encore débat en Europe  et les acteurs du marché halal ainsi que les leaders d’opinion sur la question n’arrivent toujours pas à trancher pour un halal intelligent dont profiterai la communauté, et ce, malgré l’attractivité d’un marché évalué à 50 milliards d’euros.

Source (ici)

Yassine Bannani

Laisser un commentaire