L’ONG de défense des droits humains, Amnesty International, prévoit la diffusion d’un rapport de 211 pages ce mardi 1er février 2022, sur l’État d’Israël. 

Amnesty International n’est pas seulement une organisation non gouvernementale. C’est un mouvement mondial de lutte contre toutes les formes d’injustice et en faveur des droits et libertés de chaque individu. Groupe indépendant apolitique, il rapporte des observations collectées sur le terrain, traduisant la réalité, loin des politiques. Le rapport à sortir s’attaque à Israël, et les crimes dont l’État hébreu s’est rendu coupable.

L’article publié par le média Forward souligne qu’un « rapport accusant Israël de commettre l’apartheid et décrivant son existence en tant qu’État juif comme une privation des droits fondamentaux des Palestiniens ». C’est la première fois qu’un tel organisme qualifie officiellement « l’apartheid » israélien.

Le prix Nobel de la paix de 1977 documente les crimes commis par Israël contre le peuple palestinien. Et comment l’État juif applique l’apartheid en dehors, mais aussi au sein de ses opérations internes. « Depuis sa création en 1948, Israël a poursuivi une politique explicite d’établissement et de maintien d’une hégémonie démographique juive, et de maximisation de son contrôle sur la terre au profit des Israéliens juifs tout en minimisant le nombre de Palestiniens et en restreignant leurs droits et en obstruant leurs capacités à contester cette dépossession » indique le rapport.

Pis encore, toutes les parties prenantes de l’appareil étatique israélien, civiles et militaires, sont impliquées dans ce système d’apartheid. Pour les officiels israéliens, « le but de ce rapport est d’éliminer l’État d’Israël en tant qu’État-nation du peuple juif et la solution qu’il donne est qu’Israël cesse d’exister ». Jugé d’antisémite, le document a provoqué la colère du gouvernement hébreu, qui en a fait une lecture en diagonale.

Ce rapport découle de quatre années de recherche. Il met en exergue les violations des droits de l’Homme du peuple palestinien, et met à nu, officiellement, les crimes perpétrés par Israël. Il montre comment l’État juif viole sans cesse, les droits des palestiniens en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza, mais aussi sur le territoire qu’il occupe illégalement. Les preuves réunies par Amnesty International illustrent que les graves entorses au droit international concernent également les Arabes israéliens.

A l’heure où ces révélations ébranlent la légitimité de l’État israélien, ce dernier, poursuit son impérialisme et ses opérations de colonisation illégale. Le traitement inhumain infligé aux Palestiniens doit cesser, et c’est ce qu’Amnesty International exhorte derrière ces 211 pages. L’injustice a assez duré, et il est temps pour la Palestine