Eric Ciotti demande que la France s'inspire d'Israël pour sa sécurité. Mais en Israël, la situation est différente de l'Hexagone.

Eric Ciotti vante, depuis plusieurs jours, le modèle israélien de sécurité et aimerait que la France s’en inspire. Mais est-ce vraiment une idée judicieuse ?

« Nous devons nous inspirer des méthodes israéliennes qui ont prouvé leur efficacité. » Voilà ce dont Eric Ciotti rêve. Le président du département des Alpes-Maritimes est même allé faire un voyage en Israël pour, dit-il, « trouver d’autres solutions de lutte contre le terrorisme. » Suite à son séjour à Jérusalem, l’élu a live-tweeté ses faits et gestes, postant une photo d’un centre de rétention administrative par ici, vantant la « démocratie israélienne » par là. Eric Ciotti n’a pas hésité à rembarrer le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, en faisant une véritable apologie du « modèle » israélien. L’élu azuréen semble oublier la situation réelle qui sévit dans ce pays et notamment dans les colonies palestiniennes…

Les Palestiniens, terroristes ou résistants ?

« Israël est un pays confronté depuis très longtemps à la menace terroriste qui a mis en place des dispositifs de lutte très élaborés », résume Eric Ciotti pour défendre le modèle de sécurité israélien. D’un revers de la main, l’élu balaie la Palestine. D’Etat colonisé, celle-ci devient un simple mouvement terroriste, selon le dirigeant des Républicains. S’il est logique de condamner les attaques de civils israéliens, Eric Ciotti ferait mieux de revoir l’histoire israélo-palestinienne qu’il ne connaît visiblement que trop peu — il a d’ailleurs écrit que Jérusalem était « le berceau de l’Humanité » —. L’OLP n’est pas, par exemple, un mouvement terroriste mais, comme son nom l’indique, une Organisation de libération de la Palestine. Depuis les accords d’Oslo, l’OLP est d’ailleurs considéré comme un interlocuteur diplomatique. De l’autre côté, Israël est le pays qui viole le plus de conventions internationales. En parlant de « menace terroriste » à propos des Palestiniens — sans les nommer —, Eric Ciotti balaie lui aussi, d’un revers de la main, ces mêmes conventions internationales.

Une justice expéditive pour les Palestiniens

En postant la photo d’un centre de rétention administrative israélien qui, selon Eric Ciotti, « permet de lutter efficacement contre le terrorisme », l’élu semble oublier que la les détenus ne bénéficient pas de procès équitables. Jean-Jacques Urvoas n’a pas manqué de le rappeler au président de région, indiquant que, dans ces centres de rétention administrative, « les ‘informations justifiant’ la détention ne sont communiquées ni au détenu ni à son avocat. » Le ministre de la Justice l’assure : « Les conditions du procès juste et équitable ne sont pas réunies (en Israël) : l’accès au dossier est réservé au procureur et aux juges militaires », écrit-il sur Twitter. Le « modèle » de démocratie que serait Israël, selon Eric Ciotti, applique une justice expéditive et qui ne laisse place à aucune possibilité de se défendre pour les accusés, qui préfèrent bien souvent plaider coupable pour éviter de croupir à vie en prison. Israël est également un pays où les mineures âgés de plus de 12 ans peuvent être condamnés à de la prison, tandis que la justice militaire ne fixe même aucune limite d’âge pour les condamnations.

Vers un Etat militaire et policier ?

Si Eric Ciotti prône, comme Hervé Morin, une « israélisation » de la sécurité française, il compte certainement transformer la France en une grande forteresse. Check-points gérés par des militaires, murs de séparation avec les territoires occupés, lois d’exception qui autorisent les mineurs à être emprisonnés, autorisation pour les civils d’être armés dans la rue, militaires armés dans de nombreux lieux publics, barrières pour protéger les arrêts de bus et les terrasses de café… Si Eric Ciotti veut faire de la France une copie d’Israël, les paysages français risquent de se transformer. L’élu des Républicains conforte ainsi l’idée de Manuel Valls lorsque ce dernier dit que « les Français doivent intégrer que nous sommes en guerre, changer leurs habitudes. » Si la France s’« israélise », Eric Ciotti devra s’habituer à voir des militaires en allant boire son café le matin en terrasse…

Yassine Bannani

Laisser un commentaire