Contactez-nous

International

Israël : une loi célèbre « l’Etat-Nation du peuple juif »

La nuit dernière, une loi raciste a été votée par le parlement israélien. Les Arabes israéliens, qui représentent 17 % des Israéliens, sont désormais considérés comme des sous-citoyens.

Publié

le

Les implantations juives relèvent de « l’intérêt national. » Quant à l’arabe, il perd son statut de langue officielle au côté de l’hébreu. Le parlement israélien a voté, la nuit dernière, une loi fondamentale qui fait de l’Etat hébreu « l’Etat-nation du peuple juif dans lequel il réalise son droit naturel, culturel, historique et religieux à l’autodétermination. » Un texte adopté par 62 voix pour, 55 contre. L’hébreu est désormais la seule langue officielle d’Israël et la loi affirme que Jérusalem est la capitale d’Israël, y compris dans sa partie orientale, pourtant annexée et occupée. La sénatrice Esther Benbassa dénonce le fait que les citoyens arabes qui « n’étaient pas grand-chose » ne sont donc désormais « plus rien. »


La loi précise que « le droit d’exercer l’auto-détermination au sein de l’Etat d’Israël est réservé uniquement au peuple juif. » Le texte initial prévoyait même la création de localités réservées aux juifs, desquelles les citoyens arabes israéliens seraient exclus. Cette proposition ne fait finalement pas partie du texte final. Une loi qui met au ban plus de 17 % de la population israélienne. D’autant que l’Etat peut désormais « encourager, faire avancer et servir cet intérêt » qu’est « le développement des localités juives ».

Laisser un commentaire

Horaires de prière

Horaires de prières

Facebook

Tweets

Muslimoscope

Publicité