Suite à l'attentat d'Ottawa, une caméra cachée d'Omar Al-bach a testé l'islamophobie au Canada. Résultat...

Quelques jours après la fusillade d’Ottawa, Omar Al-Bach et deux complices montent une caméra cachée pour tester l’islamophobie des canadiens. Résultat : quelques insultes et un coup de poing ! Les canadiens sont-ils tolérants? LeMuslimPost vous présente cette expérience sociologique.

L’islamophobie au Canada: mythe ou réalité?

Omar Al-Bach, un jeune canadien de 18 ans, explique au début de la vidéo l’objectif de cette caméra cachée : «Nous allons voir si les gens se sentent en sécurité à proximité de musulmans ou de personnes ressemblant à des musulmans». Zack portait une Jellaba tandis que Devin jouait le rôle de l’islamophobe. Se rendant tous les deux à un arrêt de bus, Devin commence à interpeller Zack en lui ordonnant de prendre un autre bus car il ne veut «pas voyager avec un terroriste».

Cette mise en scène a suscité plusieurs réactions. On peut mentionner à cet égard : «Vous ne pouvez pas juger les gens sur base de leurs habits, de leur nationalité ou de quoi que ce soit d’autre », répond un premier intervenant. «J’ai beaucoup d’amis musulmans et les vrais musulans ne pensent pas comme ça. On ne peut pas punir tout le monde à cause d’un fou», rajoute un deuxième. L’ambiance devient de plus en plus tendue et Devin qui jouait l’islamophobe finit par recevoir un coup de poing en pleine figure. C’est ainsi que les canadiens ont montré leur tolérance et leur ouverture d’esprit envers les musulmans. « Cette expérimentation sociale s’est mal terminée mais le résultat final est positif parce qu’il s’est battu pour Zack et j’apprécie cela », affirme Devin le visage ensanglanté.

.

Dire Stop à l’islamophobie en France

Les propos stigmatisant la communauté musulmane n’arrêtent pas de se multiplier en France. En effet, les actes de discrimination religieuse sont toujours d’actualités. C’est dans cette optique que le CCIF et EMF ont récemment publié leur guide « Stop à l’islamophobie » afin d’éclairer les musulmans sur leurs droits dans les sphères universitaires et professionnelles.

Source (ici)

Yassine Bannani

Laisser un commentaire