En ce moment

Pour certains, le voyage nocturne est un véritable voyage physique, au terme duquel l’âme du Prophète, paix et bénédictions soient sur lui, a parcouru en un éclair les 1300 km qui séparent La Mecque de Jérusalem. Mais pour d’autres personnes, c’est un périple symbolique, une expérience spirituelle au cours de laquelle l’âme du Prophète, paix et bénédictions soient sur lui, pénètre dans une nouvelle dimension de la révélation divine.

A La Mecque, la situation du Prophète, paix et bénédictions soient sur lui, est devenue tellement insupportable, qu’il se résout à l’impossible. Ses compagnons et lui délaissent la ville de La Mecque pour aller se réfugier dans la ville de Yathrib, dont les tribus lui ont donné leur accord pour les protéger.

En 622, Mohamed, paix et bénédictions soient sur lui, a 52 ans. Durant plus de 10 ans, avec son petit groupe d’environ 200 disciples, il a subi les pires affronts et la persécution. Il a finalement été obligé de fuir les assassins pour la ville de Médine. Cet événement est connu sous le nom d’Hégire, littéralement «la rupture» avec le passé.

L’arrivée du prophète Mohamed à Médine :

Lorsqu’il arrive à Yathrib, la ville n’est alors qu’une oasis, bien loin de la taiile de sa ville natale. Plusieurs tribus sont alors présentes à Yathrib et d’inévitables conflits surgissent. Plus tard, Yathrib change de nom en l’honneur de Mohamed, paix et bénédictions soient sur lui. Elle prend le nom de Médine, «la cité du Prophète».

Le Prophète, paix et bénédictions soient sur lui, s’établit alors au centre de Médine avec les Ansars (les converties) et les habitants. Mais des Juifs étaient également présents à l’est de Médine, dans un petit village. Il y avait donc plusieurs tribus présentes dans des villages, et le tout composait la ville de Médine.

Mohamed, paix et bénédictions soient sur lui, créé alors sa première mosquée au centre de Médine: la mosquée Al Quba. La mosquée devient une sorte de centre communautaire où il prêche et reçoit également les croyants afin de régler les différends, de négocier. Il y tient aussi des débats publiques. La mosquée Al Quba est aujourd’hui devenue la plus grande mosquée du monde, avec une capacité d’accueil d’un demi millions de fidèles à la fois.

Selon la tradition musulmane, Mohamed, paix et bénédictions soient sur lui, aurait réunit un jour tous les croyants dans la court de la mosquée Al Quba afin d’appeler les fidèles à la prière. Après discussion, ils décident que seule la voix humaine est éligible pour proclamer la nouvelle religion.

La charte de Médine :

Mohamed, paix et bénédictions soient sur lui, se transforme alors en dirigeant politique des tribus de Médine, dont le but est d’unifier l’état et de lui donner des valeurs monothéistes. Et c’est à la mosquée Al Quba que ses deux rôles fusionnent. Le Prophète, paix et bénédictions soient sur lui, décide également de rendre officielles ses fonctions à Médine, mais également ses relations avec les diverses tribus à l’aide d’un document. Ce dernier est communément appelé charte de Médine ou constitution de Médine.

La charte de Médine est considérée comme l’un des modèles les plus anciens de gouvernance en Islam. Elle est rédigée en arabe archaïque. Cette charte était nécessaire afin de faire de Médine un nouvel état pluraliste composée de musulmans, de juifs et de chrétiens. Elle organise aussi les relations entre ces différentes communautés sur la base de la tolérance, du respect de la vie, de la propriété privée et des lieux de cultes.

La charte de Médine définit également les droits et les devoirs de chacun. Cette charte a fait de Médine un état de droit, et non un état religieux et a incité les musulmans à vivre en bonne entente. Toutes les tribus de Médine ont signé cette constitution ensemble.

La communauté alors fondée porte le nom d’Umma, où tous sont sous la protection de Médine, et égaux devant la loi.

La charte de Médine va rester en vigueur durant toute la vie de Mohamed, paix et bénédictions soient sur lui, mais c’est après sa mort qu’elle est d’abord modifiée, puis totalement abandonnée par les chefs musulmans.

Le prophète Mohamed et le jihad :

L’existence de la communauté musulmane de Médine est menacée. Après avoir banni Mohamed, paix et bénédictions soient sur lui, et enlevé aux fidèles leurs biens et leurs moyens de subsistance, les puissants mecquois n’ont pas renoncé à les détruire. Mohamed, paix et bénédictions soient sur lui, doit alors trouver le moyen de les vaincre, et vite.

Selon la tradition, le Prophète, paix et bénédictions soient sur lui, reçoit alors une série de traditions lui ordonnant de prendre les armes contre eux.

« Et tuez-les, où que vous les rencontriez; et chassez-les d’où ils vous ont chassés: l’association est plus grave que le meurtre. Mais ne les combattez pas près de la Mosquée sacrée avant qu’ils ne vous y aient combattus. S’ils vous y combattent, tuez-les donc. Telle est la rétribution des mécréants » (Sourate Al Baqarah, verset 191).

« Certes, ceux qui ont cru, émigré et lutté dans le sentier d’Allah, ceux-là espèrent la miséricorde d’Allah. Et Allah est Pardonneur et Miséricordieux » (Sourate Al Baqarah, verset 218).

Ces deux versets expliquent que la persécution est pire que le massacre. Autrement dit, si les Koraïchites vous persécutent, vous avez le droit de vous défendre et de les tuer. Cela induit une certaine souplesse de la morale islamique, qui n’a d’autre objectif que le bien de l’Islam.

Le Prophète Mohamed, paix et bénédictions soient sur lui, décide alors de s’attaquer à ce que les Quraychites ont de plus cher: leur commerce caravanier avec le monde extérieur.

La bataille de Badr :

Au cours du mois de mars 624, le Prophète, paix et bénédictions soient sur lui, entend parler de l’immense caravane Koraïchite rentrant de La Mecque. Il décide de la capturer dans le désert. De leur côté, les Koraïchites se doutent de ses intentions, et détournent la caravane de Médine. A la place, ils envoient une armée pour intercepter les musulmans. Les deux clans s’affrontent dans un endroit isolé: un puit d’eau nommé Badr.

L’affrontement ne dure que quelques heures, avec d’un côté 300 ou 400 personnes dans le camp de Mohamed, paix et bénédictions soient sur lui, et 900 chez les mecquois. Les mecquois se voient vaincus de cette bataille et Médine peut souffler. Le pouvoir revient donc au Prophète, paix et bénédictions soient sur lui.

« Allah vous a donné la victoire, à Badr, alors que vous étiez humiliés. Craignez Allah donc. Afin que vous soyez reconnaissants! » (Sourate Al Imran, verset 123).

Pour la première fois, Mohamed, paix et bénédictions soient sur lui, et ses disciples sont partis en guerre au nom de Dieu. «Ce n’est pas vous qui les avez tués: mais c’est Allah qui les a tués. Et lorsque tu lançais (une poignée de terre), ce n’est pas toi qui lançais: mais c’est Allah qui lançait, et ce pour éprouver les croyants d’une belle épreuve de Sa part! Allah est Audient et Omniscient» (Sourate Al Anfal, verset 17).

La réputation du Prophète, paix et bénédictions soient sur lui, ne s’en porte que mieux dans toute l’Arabie mais les Koraïchites ne supportent pas l’humiliation: elle devra être vengée. A Médine, le prestige de Mohamed, paix et bénédictions soient sur lui, ne cesse de grandir, d’autant plus qu’il distribue le butin engrangé aux citoyens de Médine.

Le prophète Mohammed change de cap :

Peu après, alors qu’il est en train de prier, Mohamed, paix et bénédictions soient sur lui, reçoit une nouvelle révélation: il lui est ordonné de changer la direction dans laquelle se tournent les fidèles pour prier. A cette époque, les croyants prient en se tournant vers Jérusalem.

Mohamed, paix et bénédictions soient sur lui, les fait ainsi se diriger vers la Qibla, qui indique La Mecque. Depuis lors, tous les musulmans se tournent cinq fois par jour vers La Mecque, lorsqu’ils font leurs prières quotidiennes (Salat). La Mecque devient également le lien spirituel de la religion.

La montée en puissance de Mohamed, paix et bénédictions soient sur lui, ne fait qu’envenimer ses rapports avec la communauté juive, mais également avec la communauté païenne, qui s’est convertie à l’Islam.

La bataille d’Uhud :

Un an après la bataille de Badr, les Koraïchites veulent prendre leur vengeance. Ils reviennent devant Médine, avec une armée trois fois plus grande que celle du Prophète, paix et bénédictions soient sur lui.
Ce n’est plus une discorde tribale, mais un combat de destruction. Là encore, Mohamed, paix et bénédictions soient sur lui, préfère combattre les forces mecquoises à l’extérieur de Médine, au mont Uhud. Malheureusement, il possède d’une armée très limitée. D’une part, les Juifs ne prennent pas part à la bataille car c’est le jour de Chabbat, et d’autre part, l’un de ses commandants à déserté avec 300 autres soldats.
De leur côté, les Mecquois ont un réel voeu de revanche. Cette fois, le dénouement de la bataille n’est pas déterminant. Elle se termine dans l’impasse, s’achevant dans un match nul. Mais l’important, c’est que la communauté de Médine a survécu.
Néanmoins, il en ressort que les Mecquois auraient reçu de l’aide intérieure. Selon la tradition musulmane, certaines tribus juives coopèrent désormais activement avec l’ennemis.

La bataille de la Tranchée :

Le troisième et dernier combat se déroule en 627, cinq ans après l’établissement de Mohamed, paix et bénédictions soient sur lui, à Médine. Les Koraïchites mettent sur pied une immense armée de 10.000 guerriers, face à laquelle le Prophète, paix et bénédictions soient sur lui, ne peut présenter que 3.000 hommes. Puisqu’il n’est pas question de combattre les Mecquois en bataille rangée, il fait fortifier Médine, en prévision d’un siège.
Médine est relativement facile à défendre, parce qu’elle est entourée de collines volcaniques. Mais le point le plus vulnérable est celui qui se situe au nord de la ville. Mohamed, paix et bénédictions soient sur lui, décide donc d’y creuser un fossé, afin de bloquer l’avance des Koraïchites.
Ce fossé a stoppé net les chevaux ennemis de pénétrer dans la ville, et les musulmans ont toujours considéré cela comme la preuve de l’habilité de Mohamed, paix et bénédictions soient sur lui, qui a été capable d’organiser et de diriger cette défense inédite. Les Mecquois ont été pris par surprise; leurs tactiques et leur stratégie se sont révélées inefficaces.
Au bout de deux semaines, les provisions des assiégeants commencent à s’épuiser. Ils demandent alors à leur nouvelle alliée secrète, la tribu juive des Banu Qurayza, d’attaquer les musulmans de l’intérieure de la ville. Alors que jusque là les Juifs avaient simplement commercé avec les ennemis de Mohamed, paix et bénédictions soient sur lui, ils s’apprêtent cette fois à prendre les armes contre lui.
Malgré le fait qu’ils aient signé la charte de Médine, ils ont décidé de contacter les Koraïchites, pour s’aligner avec eux contre Mohamed, paix et bénédictions soient sur lui, en voyant ce qu’il était arrivé aux deux autres tribus juives.
Les savants musulmans assurent alors que les Banu Qurayza ont trompé le Prophète en négociant avec les Koraïchites et en se préparant à attaquer les musulmans, bien qu’ils n’aient pas eu le temps de passer à l’action avant le recul de l’alliance mecquoise.
Si leur complot avait abouti, les Koraïchites seraient entrer dans Médine, et auraient tué Mohamed, paix et bénédictions soient sur lui, et tous ses fidèles. Dès lors, la réaction du Prophète à cet acte de trahison va le pousser à commettre l’acte le plus controversé de toute sa vie.

Le Prophète Mohamed et la tribu Banu Qurayza :

Mohamed, paix et bénédictions soient sur lui, décrète ainsi à ses armées d’assiéger le village de la tribu Banu Qurayza. Les Juifs résistent 25 jours avant de se rendre. Le Prophète, paix et bénédictions soient sur lui, est alors face à un dilemme. Si il les empêche de partir librement, rien ne va les empêcher de rejoindre les Koraïchites à La Mecque pour les aider à l’écraser.
Plutôt que de prendre la décision seul, il approuve qu’un arbitre indépendant soit désigné. Il donne l’opportunité aux chefs de la tribu juive de choisir un juge respecté pour prononcer le verdict.
Les Banu Qurayza consentent à obéir au jugement de Sa`d ibn Mu`âdh, un membre de la tribu des Banu Aws, alliée des Banu Qurayza. Sa`d rend alors son jugement : les hommes de la tribu doivent être abattus, leurs richesse et propriété doivent être partagés entre les musulmans et les femmes et les enfants doivent être bannis. Huit cent homme ont donc été massacrés.
« Et Il a fait descendre de leurs forteresses ceux des gens du Livre qui les avaient soutenus [les coalisés], et Il a jeté l’effroi dans leurs coeurs; un groupe d’entre eux vous tuiez, et un groupe vous faisiez prisonniers. Et Il vous a fait hériter leur terre, leurs demeures, leurs biens, et aussi une terre que vous n’aviez point foulée. Et Allah est Omnipotent. » (Sourate Al Ahzab, verset 26-27).
A l’aube de la soixantaine, Mohamed, paix et bénédictions soient sur lui, a subi les pires persécutions pendant sa vie. Il a été expulsé de sa ville natale, et a été mêlé à des conflits meurtriers, et quasiment permanents.

Login to your account below

Fill the forms bellow to register

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.