Contactez-nous

Société

« Islam de France » : Hakim El Karoui entre dans la danse

Hakim El Karoui lancera « dans quelques jours » son association, l’AMIF. Il vient de présenter son projet et envisage de débuter sa mission par une régulation du marché du pèlerinage.

Publié

le

En juillet 2016, Emmanuel Macron n’était pas encore président de la République, mais Hakim El Karoui faisait au jeune candidat à l’Elysée une série de propositions sur l’« Islam de France », parmi lesquelles la création d’une fondation qui serait l’« interlocuteur exclusif » de l’Etat français. Le membre de l’institut Montaigne évoquait alors la possibilité de mettre en place une CVO (contribution volontaire obligatoire) sur la viande halal ou plus globalement de taxer « la consommation islamique. »

Dans son document de présentation à En Marche !, El Karoui présentait déjà les futurs freins à ses idées. Il craignait ainsi une « levée de boucliers des grandes mosquées et des maires de ces villes » ou encore le « risque d’un déficit de légitimité dans les premières années de fonctionnement. » L’ancien banquier d’affaires avait vu juste : lors d’un rendez-vous pour présenter sa future Association musulmane de l’Islam de France (AMIF), Hakim El Karoui avait réuni peu d’acteurs de la communauté.

Mettre fin aux « ingérences étrangères » et profiter des mannes financières du halal et du pèlerinage.

Malgré un manque de soutien évident, l’Etat semble vouloir laisser libre-court à une multitude d’initiatives. Et elles sont nombreuses : outre la démarche de Hakim El Karoui, le CFCM a lui aussi lancé son association de financement, et la plateforme L.E.S. Musulmans présent elle aussi son projet. Du côté de l’ex-banquier d’affaires, on est en tout cas passé à la vitesse supérieure. Son AMIF sera en effet lancée dans « quelques jours », indique Le Monde. Son objectif ? Favoriser « une intégration sereine de l’Islam en France. » Ce lundi, Hakim El Karoui a présenté son association dont les statuts vont être déposés.

L’AMIF sera, prévient le Monsieur Islam d’Emmanuel Macron, « un tiers de confiance au service des fidèles, sans conflit d’intérêts. » El Karoui vise sans le redire les membres du CFCM qui sont, selon lui, à la fois juges et parties dans l’organisation du culte et surtout dans son financement. L’auteur de « L’Islam, une religion française » veut ainsi mettre fin aux « ingérences étrangères » et profiter des mannes financières du halal et du pèlerinage.

Premier chantier : certifier les agences de voyages proposant le hajj

Plus étonnant : l’association disposera d’un « conseil théologique », animé par Tareq Oubrou, recteur de la mosquée de Bordeaux, et Mohamed Bajrafil, imam à Ivry. Une seconde association, de loi 1905, qui recueillera les dons des fidèles et sera en charge de redistribuer les fonds à des projets de construction de mosquées ou encore à la formation des imams.

Mais d’ores et déjà, la mission de l’AMIF s’annonce difficile. Hakim El Karoui avait prévenu à l’été 2016 qu’il faudrait « un renouvellement démocratique le plus large possible dans un délai relativement bref » des membres de son association pour éviter d’être illégitime. L’ex-directeur chez Rothschild & Cie devra aussi faire face à une levée de boucliers de la part des acteurs du halal, qui ont déjà transmis une fin de non-recevoir quant à la « taxe halal ». C’est donc par le pèlerinage que débutera la mission de l’AMIF.

Avec l’ACEF, qui dit vouloir « faire cesser les arnaques du pèlerinage à La Mecque », l’AMIF compte en effet rendre plus transparent le marché du hajj et s’imposer comme un « organisme de certification » des agences de voyages. En contrepartie, l’association ponctionnerait une rémunération de la part de ces mêmes agences. Mais cela implique un accord avec les autorités saoudiennes pour que celles-ci promettent leurs visas aux agences agréées AMIF.

Prières

Tweets

Muslimoscope

A la une