En ce moment

Islam en Indonésie

La religion musulmane constitue l’une des six religions officiellement reconnues en Indonésie avec le protestantisme, l’hindouisme, le confucianisme, le catholicisme et le bouddhisme. Toutefois, d’après les derniers chiffres révélés en 2010, plus de 87 % des indonésiens assurent qu’ils sont musulmans, alors que seulement 1.7 % déclarent qu’ils sont hindouistes, 2.8 % sont catholiques et 7 % sont protestants. Malgré les nombreux monuments construites entre le 5e et le 15e siècle qui se trouvent dans l’est et le centre de Java, ainsi que l’ouest de l’île de Sumatra, témoignant du passé hindou-bouddhique du pays, aujourd’hui il n’y a qu’au niveau de l’île de Bali où la population hindouiste est majoritaire.

La diffusion de l’Islam en Indonésie

Selon les historiens, la diffusion de la religion musulmane en Indonésie s’est faite grâce aux réseaux marchands. En effet, d’après l’historien Peter Slugett, la diffusion de la religion musulmane est le résultat d’une série de développements progressifs et étirés, qui a commencé avec l’arrivée au niveau de la région des marchands musulmans au 8e siècle, voir même avant. En effet, il existe plusieurs textes chinois et arabes de l’époque attestant de la présence d’une communauté musulmane et des marchands musulmans au niveau des ports du sud de Sumatra au 10e siècle, ainsi qu’au port du sud de la Chine au 9e siècle.
L’origine des marchands qui ont apporté la religion musulmane en Indonésie est incertaine, néanmoins, selon les historiens comme Slugett, en se basant sur les différentes preuves trouvées au niveau de la province indonésienne de Aceh de l’île de Sumatra, les premiers marchands musulmans venus dans l’archipel sont d’origine indienne venant des régions de Malabar et Gujarat.
En outre, au niveau d’un mausolée islamique se trouvant à Leran, à Java, une pierre tombale a été découverte datant de 1082, prouvant l’existence d’une communauté musulmane sur l’île durant cette période. Par ailleurs, le plus ancien écrit qui attestent de l’établissement de l’islam dans le pays est la tombe du roi de Samudra, Malik Al Salih en 1297.
L’essor de la religion musulmane dans l’archipel commence durant la fin du 12e siècle. En effet, selon l’historien américain Ira M. Lapidus, en 1282, le roi de la côte nord de Sumatra était encore hindou, mais il avait des conseillers musulmans. L’un des facteurs principaux de la diffusion de l’islam dans l’archipel indonésien est la politique qu’exerce le prince bouddhiste de Palembang, Parameswara qui vers 1400 fonde Malacca. Cette dernière se met sous la protection de l’empire chinois afin de mettre fin aux ambitions du royaume siamois d’Ayutthaya. Grâce à la protection de l’empire chinois, le port de Malacca devient le plus important port d’Asie du Sud-Est. Par conséquent, les commerçants et marchands musulmans passent par le port de Malacca, qui permet aux marchands venant de l’Inde et du Moyen-Orient d’atteindre la Chine et l’archipel. Ainsi, le port de Malacca se retrouve à la tête d’un vaste réseau de commerce qui couvre l’ensemble de l’archipel indonésien. Ce réseau marchand a permis d’une part la diffusion de la langue malais, mais aussi de l’extension de la religion musulmane.
Au 18e siècle, tous les états côtières de l’archipel ont un souverain musulman à l’exception de Bali.

La situation actuelle de l’islam en Indonésie

Certes, l’Indonésie est le premier pays musulman au monde par le nombre de croyants puisque la population indonésienne est en majorité musulmane, toutefois contrairement à plusieurs pays, le code de ses lois ne se fonde pas sur la charia ou la loi islamique. En effet, l’Indonésie constitue un exemple de sécularisme réussi, expliquant ainsi le fait qu’aujourd’hui l’islam cohabite dans la société avec plusieurs d’autres pratiques et croyances antérieures. Depuis 1945, le gouvernement indonésien se sert des principes de tolérance et de liberté de culte comme un outil social visant à unifier les différents groupes ethniques qui se trouvent dans le pays.
Il est important de mentionner que la plupart des musulmans indonésiens possèdent des coutumes assez libres qui sont influencées par les traditions hindouistes et bouddhistes.
Alors que dans la grande majorité des villes indonésiennes, les musulmans pratiquent l’islam modéré, dans certaines régions comme Jawa Barat, Aceh, dans le Sud-Est de Kalimantan et quelques îles de Nusa Tenggara, les musulmans sont davantage traditionalistes.

Les pratiques et coutumes des musulmans indonésiens

À l’instar de tous les musulmans, la communauté musulmane en Indonésie est tenu à respecter les cinq piliers de l’islam qui sont la profession de la foi, la prière (les cinq prières obligatoires durant les horaires de prière adéquat), l’aumône, le jeûne du mois saint, Ramadan et le pèlerinage.
Selon les chiffres révélés en 2017, plus de 220 000 pèlerins indonésiens ont été autorisés à effectuer les rites du pèlerinage dans les lieux saints de l’Islam.
Avant de partir au pèlerinage, les membres de la communauté musulmane en Indonésie se rendent auprès des oulémas, afin d’accroître leurs connaissances sur les rites du pèlerinage. L’une des traditions des pèlerins est d’inviter leurs voisins et leurs parents à un banquet afin de leur dire au revoir et prier afin que leur voyage se passe bien.
Lors de leur retour du pèlerinage, les pèlerins sont accueillis au son de l’appel à la prière. Les pèlerins versent de l’eau de Zamzam qu’ils ont apportée de la Mecque dans un puits afin de bénir son eau. Dans la ville de Banjar, trois cérémonies sont organisées à l’honneur du pèlerin, avant, pendant et après son retour du pèlerinage.

Les horaires de prière en Indonésie