Un journaliste a infiltré une cellule djihadiste. Sa conclusion est claire : « L’un des enseignements principaux est que je n’ai pas vu d’Islam dans toute cette affaire », dit-il.

Hier soir, un journaliste s’est approché des « Soldats d’Allah » pour livrer un documentaire exceptionnel et inquiétant sur les cellules djihadistes françaises.

Ce lundi soir, Canal+ présentait un document exclusif : une infiltration d’un journaliste dans une cellule djihadiste française. Une plongée assez incroyable au cœur d’un groupe d’islamistes radicaux. Si le documentaire s’intitule « Soldats d’Allah », ce sont avant tout des fanatiques perdus que piège, à l’aide d’une caméra cachée, le journaliste. « Mon but était de tenter de comprendre ce qu’ils ont dans la tête », explique-t-il à l’AFP. Lors du reportage, on voit notamment un « émir » lui demander : « Viens, frère, on va au paradis. Nos femmes nous y attendent, avec des anges comme serviteurs. Tu auras un palais, un cheval ailé fait d’or et de rubis. »

Alors, que se passe-t-il dans la tête de ces djihadistes ? « L’un des enseignements principaux est que je n’ai pas vu d’Islam dans toute cette affaire », résume le réalisateur du documentaire, qui n’a aperçu, chez ces jeunes combattants, « aucune volonté de rendre le monde meilleur. » Ce sont, résume-t-il, « seulement des jeunes paumés, frustrés, perdus, suicidaires, faciles à manipuler. Ils ont eu la malchance d’être nés à cette époque où il y a l’Etat islamique. C’est très triste. Ce sont des jeunes en quête, et c’est ce qu’ils ont trouvé. » Preuve une nouvelle fois que la radicalisation ne trouve pas ses origines dans la religion mais dans une multitude de causes.

Yassine Bannani

Laisser un commentaire