Les participants, qui se sont rassemblés après la prière du vendredi, brandissaient des pancartes exprimant leur solidarité avec les Ouïghours avec les inscriptions : « La Chine devrait mettre fin à la discrimination », « Le gouvernement chinois est sioniste », ou encore « Sauvez les musulmans ouïghours ».

Des manifestants se sont également rassemblés devant le consulat de Chine à Surabaya, deuxième ville d’Indonésie, selon les medias.

La Chine a été la cible de nombreuses critiques dans le monde en raison de la repression exercée dans le Xinjiang où plus d’un million de musulmans, principalement de l’ethnie turcophone ouïghoure, et d’autres minorités musulmanes, seraient détenus dans des camps de rééducation politique.

Pekin a dans un premier temps démenti l’existence de ces camps dans le Xinjiang, avant d’affirmer qu’il s’agit de « centres d’entraînement » destinés à la lutte contre la radicalisation islamiste ou de « centres de formation professionnelle ».

Peu de pays musulmans ont critiqué la Chine pour le sort réservé aux Ouïghours, Pékin étant un important partenaire économique et diplomatique, en particulier en Asie du sud-est.

Le chef de cabinet du président indonésien Moeldoko (un seul nom) a déclaré cette semaine que Jakarta ne s’ingèrerait pas dans les affaires intérieures chinoises.

Le footballeur allemand d’origine turque Mesut Ozil a critiqué la semaine dernière la politique chinoise et le silence de la communauté musulmane, et a été depuis la cible d’un déluge de critiques de Pékin. La superstar du rugby néo-zélandais Sonny Bill Williams a soutenu Mesut Ozil dans ses critiques.