Contactez-nous

International

En Inde, une ville au nom trop musulman débaptisée

Le chef du district de l’Uttar Pradesh, un prédicateur nationaliste hindou, a décidé de redonner à une ville à consonance musulmane son nom originel. Le début d’une série de changements de noms, prévient-il.

Publié

le

C’est l’une des plus anciennes villes indiennes. Autrefois appelée Prayāg, la cité fut renommée Ilâhâbâd au milieu du XVIe siècle par l’empereur Akbar. Cinq siècles plus tard, Ilâhâbâd va retrouver son nom originel. Telle est la volonté du prédicateur nationaliste hindou Yogi Adityanath, ministre en cher de l’Uttar Pradesh. Membre du parti du Premier ministre, le Bharatiya Janata Party (BJP), Adityanath suscite régulièrement des polémiques.

Il avait ainsi comparé un acteur musulman à un terroriste et avait, en 2007, fait de la prison après avoir déclaré : « Si une jeune hindoue épouse un homme musulman, nous prendrons cent jeunes musulmanes en retour. Si les musulmans tuent un homme hindou, nous tuerons cent hommes musulmans. »

Au sein de son parti, le nationaliste a trouvé du soutien. Elu à l’Assemblée législative de l’Uttar Pradesh et ministre de la Santé, Siddharth Nath Singh affirme que le changement de nom d’Ilâhâbâd est logique : « La ville était connue depuis le début sous le nom de Prayāg. Pour ceux qui s’opposent à la décision, comment vous sentiriez-vous si le nom que vos parents vous avaient donné devait être changé ? »

La ville, qui s’appellera désormais Prayāg, est un lieu saint pour les hindous. Le créateur de l’univers y aurait, selon les textes sacrés, fait sa première offrande et c’est là que se rejoignent les fleuves du Gange et de Yamuna. Chaque année, de nombreux hindous y viennent en pèlerinage.

Le chef du district répond là à une revendication de longue date des groupes nationalistes hindous en Inde, qui considèrent la période d’occupation moghole comme inacceptable. Après avoir modifié plusieurs noms datant de la colonisation britannique — Bombay, Pondichéry et Madras sont devenues respectivement Mumbai, Puducherry et Chennai —, c’est au tour des villes aux noms musulmans d’être prises pour cibles par les nationalistes.

L’année dernière, la gare de Mughalsarai avait été renommée Deen Dayal Upadhyay Junction. « Le gouvernement a le droit de renommer n’importe quelle ville », a prévenu le ministre de l’Energie de l’Uttar Pradesh, Shrikant Sharma, qui veut également débaptiser les villes et les routes. « Les erreurs commises dans le passé seront corrigées », prévient-il.

Laisser un commentaire

Horaires de prière

Horaires de prières

Facebook

Tweets

Muslimoscope