Contactez-nous

Société

Imam de Toulouse : la Grande mosquée de Paris lâche Mohamed Tatai

Après avoir rencontré Mohamed Tatai, accusé d’incitation à la haine, début juillet, le recteur de la Grande mosquée de Paris a tenu à se désolidariser de l’imam de Toulouse.

Publié

le

Accusé de double discours par Valeurs Actuelles, accusé d’encourager l’imam Tatai « à poursuivre sa mission » par le CRIF, le recteur de la Grande mosquée de Paris est revenu, en fin de semaine, sur son communiqué à propos de l’imam de Toulouse accusé d’incitation à la haine. Dans un document transmis à la presse, le recteur Dalil Boubakeur avait transmis les « excuses » de Mohamed Tatai qui, disait-il, « proteste vivement de sa bonne foi » et « rappelle qu’il a toujours appelé dans ses prêches au respect de toutes les communautés religieuses et en particulier la communauté juive qu’il évoque constamment en terme favorable. »

Une position qui a étonné. Deux semaines après le communiqué, Dalil Boubakeur a décidé d’expliciter un peu plus sa position. « Devant l’ampleur prise par la polémique suscitée par les propos de l’imam Tatai de Toulouse et les malentendus sur notre position, nous tenons à réaffirmer notre condamnation ferme et sans équivoque des termes utilisés par cet imam lors de son prêche tenu en décembre 2017 en sa mosquée d’Empalot à Toulouse inaugurée le 23 juin 2018 », indique la Grande mosquée de Paris.

Par ailleurs, la Grande mosquée de Paris revient également sur le contenu du prêche de l’imam toulousain. Tatai avait alors affirmé, s’appuyant sur un hadith, que « les musulmans combattent les juifs » et que, s’« il y a un Juif qui se cache derrière moi, viens le tuer. » Le lieu de culte de la capitale « condamne très fermement ses propos relatifs à un hadith rapporté par un auteur traditionniste (Abou Horaira) lui-même rejeté par la dynastie musulmane des Omeyyades (680/750). Un hadith qui n’avait pas lieu d’être exhumé de son oubli. »

Laisser un commentaire

Horaires de prière

Horaires de prières

Facebook

Tweets

Muslimoscope