Voulant contribuer à la lutte antiracisme, des humoristes font manger du (faux) porc à des juifs et musulmans. Totalement raté.

Une vidéo parodiant les arguments de la fachosphère et la fausse laïcité tourne actuellement sur YouTube. Malheureusement, le message passe mal.

Cela aurait pu être simplement une blague potache. Dans une vidéo intitulée « Ces juifs et musulmans mangent du porc pour la première fois », Dafouk, un groupe d’humoristes fait une parodie d’expérience sociologique. « Il est de notoriété publique que Juifs et musulmans pratiquants ne mangent pas de porc. Nous avons voulu réaliser une expérience sociale en leur faisant découvrir la sensation de manger de la charcuterie », indique le descriptif de cette vidéo qui explique qu’il s’agit d’un « rendez-vous en porc inconnu. »

Une parodie ratée

Au-delà du côté totalement raté de l’humour — ça arrive ! —, cette vidéo diffuse des clichés sans véritablement les dénoncer. Et c’est là qu’est le danger : si l’on comprend où ont voulu en venir les auteurs de la vidéo, ils sont loin d’y être arrivés. Dans la description, on peut notamment lire : « Un petit saucisson en été avec une bonne bière et on est pas loin du paradis quand même. » Lorsque l’on voit les messages que diffuse la fachosphère sur les réseaux sociaux (comme ci-dessous, où l’on assimile le fait d’être « fier d’être français » avec l’apéro), on se dit que ce n’est pas avec ce genre de parodie que l’on combattra ces idées nauséabondes.

J'aime le vin

Surtout, en ces temps où la laïcité est bafouée, une phrase prononcée par l’un des personnages qui, en goûtant du porc, explique que « c’est la laïcité qui a gagné », est également malvenue. Il conforte les islamophobes dans leur racisme au nom d’une laïcité qui est la leur. Tant que le saucisson de porc et l’alcool ne seront pas inscrits dans la Constitution française, ils ne représenteront pas l’identité française. On sait, il s’agit d’humour et les auteurs ont certainement voulu parodier la fachosphère et apporter leur pierre à l’édifice de la lutte antiracisme. Mais lorsqu’il est mal écrit, un sketch au second degré n’a pas forcément la finalité espérée.

Salma Ben Taïeb

Laisser un commentaire