Ils s’appelles Kissima, Alpha, Fatima ou encore Moussa. Ces employés de l’hôtel Vienna House Magic Circus font partie d’une liste dressée par une assistante qui recensait les salariés de l’établissement effectuant leurs prières musulmanes sur leur lieu de travail.

La révélation vient d’un des employés qui, ayant vu une boîte mail ouverte, a décidé d’imprimer un message détaillant la pratique des prières musulmanes et dressant une liste de noms et prénoms. Un mail qui fait suite au rapport d’un assistant de la gouvernante qui aurait « aperçu un membre de l’équipe en train de faire la prière pendant son temps de pause » et décidé de rapporter les faits à sa direction.

Les personnes présentes sur la liste sont étonnées. Le CCIF, qui révèle cette histoire, explique en effet que les neuf noms couchés sur la liste sont ceux de personnes « noires » et « perçues comme musulmanes », sans qu’aucune preuve de prières sur le lieu de travail aient été trouvées.

Le Collectif Contre l’Islamophobie en France a été saisi par ces employés de l’hôtel, partenaire de DisneyLand Paris, qui accusent leur hiérarchie de fichage ethnique et religieux, ce qui est interdit par la loi.