En pleine polémique autour du hijab de course de Decathlon, Nicolas Cadène a remis hier les pendules à l’heure, rappelant que le principe de laïcité ne pouvait être invoqué dans cette affaire.

« Cet article de Decathlon ne contrevient pas au principe de laïcité puisque le principe de laïcité permet la libre expression des convictions, croyantes ou non, religieuses ou non, de la part des citoyens. Le fait que des personnes portent le voile dans la rue, ou en l’occurrence un hijab sportif, ne s’oppose pas au principe de laïcité », a t-il martelé, interrogé par France Info.

Et pourtant, Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Egalité entre les Femmes et les Hommes, souhaite organiser un débat interne sur la laïcité le 20 mars prochain, au siège du parti LREM.

En effet, sur cette énième affaire autour du hijab, les députés LREM auraient affiché de profondes divergences. Si certains ont pris la défense de Decathlon et salué une émancipation par le sport, d’autres ont critiqué la marque l’accusant de faire la promotion du voile et par extension de « l’islam radical ».

Marlène Schiappa, elle, également à la tête du pôle « idées » de La République en marche, est restée assez consensuelle sur le sujet.

« Dès lors que c’est leur choix, leur liberté de conscience, il ne me semble pas opportun d’interdire aux femmes de porter un hijab, ou tout autre accessoire similaire tant qu’il respecte la loi. En revanche, il me semble nécessaire de questionner ce choix philosophiquement. Comme il me semble nécessaire de questionner – j’insiste, de questionner – toute intrusion du religieux dans les questions de société », a déclaré la secrétaire d’Etat, dans une tribune publiée par Le HuffPost.

Ainsi, pour régler les contentieux de ses collègues sur les réseaux sociaux, Marlène Schiappa a convié les parlementaires dans quelques semaines, pour réfléchir sur le thème : « Laïcité: faire vivre l’esprit de 1905 en 2019 ».

Une conférence, pour laquelle ont été invitées des personnalités aux points de vue plutôt opposés. En effet, l’essayiste Raphaël Enthoven devrait intervenir, ainsi que le cofondateur du Printemps Républicain Laurent Bouvet. Le président de l’Observatoire de la laïcité, Jean-Louis Bianco et la philosophe, Catherine Kintzler doivent aussi apporter leur contribution sur le sujet.

« Différentes approches de la laïcité existent au sein de LREM. Beaucoup n’ont également pas d’avis tranchés. L’objectif est de déterminer une ligne et de la proposer au bureau exécutif », a expliqué au Figaro Marlène Schiappa.