Plusieurs marques halal innovent en Asie, particulièrement en Malaisie, où le secteur est en pleine mutation. Et les industriels ne veulent pas louper le coche.

La Malaisie, et plus globalement l’Asie, montre les possibilités infinies du marché du halal et prouve que l’innovation peut permettre de faire fructifier ce secteur.

Plus de six musulmans sur dix vivent actuellement en Asie. Pas étonnant, donc, d’affirmer que le marché du halal est aujourd’hui dynamisé par cette partie de la planète. En Indonésie par exemple, le secteur est particulièrement en forme. Preuve en est avec la marque de cosmétiques Wardah. Cette dernière, indique Nikkei Asian Review dans un dossier consacré au business du halal, vend 300 produits cosmétiques à environ 22 000 sites, aussi bien en Indonésie qu’en Malaisie. Une PME devenue géante le jour où ses produits sont apparus dans un film qui fut un gros succès au box-office indonésien en 2013.

Après l’Asie, l’Afrique ?

Nikkei Asian Review cite également Zahara, une start-up spécialiste des produits de beauté, basée à Singapour. Celle-ci a sorti une gamme de produits halal, mais également très pratiques pour les musulmanes, en proposant par exemple un vernis à ongles soluble dans l’eau qui peut être facilement enlevé avant la prière. Un innovation comme tant d’autres car, comme l’explique le magazine asiatique, « la demande croissante en halal en Asie stimule l’innovation. » Et si, aujourd’hui, c’est l’Asie qui porte le marché mondial du halal, dans les années à venir, les regards des industriels seront tournés vers un autre continent… D’ici à 2050, les musulmans devraient représenter près du tiers de la population mondiale, selon l’institut Pew Research. Or, les populations de classe moyenne des pays musulmans émergents des continents asiatique et africain s’enrichissent, le marché va donc croître sans commune mesure. De quoi attirer les convoitises des producteurs du monde entier, comme BASF, qui a établi une usine en Malaisie, qui reste décidément la locomotive du halal dans le monde.

Pierre Z. Lajarge

Laisser un commentaire