Ce n'est plus un secret, les bonbons, notamment Haribo, sont fabriqués à partir de gélatine de porc. Mais saviez-vous comment celle-ci est fabriquée ?

Les Oursons, les Schtroumpfs ou les Crocodiles, des bonbons qui charment nos palais par leur goût sucré et leur texture inimitable qui les rendent irrésistibles. Mais qu’est-ce qui se cache derrière ce paradis sucré ? Une recette à base notamment de gélatine de porc. Une vidéo dévoile les coulisses de la fabrication de bonbons, de l’élevage de porc au consommateur.

La réalisatrice belge Alina Kneepkens a voulu montrer, dans une vidéo produite par la chaîne de télévision publique flamande VRT et diffusée dans l’émission hebdomadaire « Over Eten » — « Ce que l’on sait de notre nourriture » en français dans le texte — sur la chaîne flamande Één, qui a fait près de 700 000 vues en une semaine. Ce documentaire intitulé « Le chemin d’un bonbon » montre le processus de fabrication de la gélatine à l’envers, à savoir, de la bouche du consommateur, en passant par la fabrication de la gélatine dans l’usine, la découpe de la viande de porc, à l’élevage d’adorables petits cochons. Une process étonnant et une façon originale de le montrer.

On y apprend donc – sans grande surprise puisque les fabricants de bonbons ne se cachent pas d’utiliser des ingrédients d’origine animale – que la gélatine des bonbons provient du porc. C’est surtout le processus de fabrication de cette gélatine, qui apporte de l’élasticité aux bonbons mous, qui enlève beaucoup de charme aux petits Schtroumpfs et autres Oursons, puisqu’elle est le résultat d’un mélange peu ragoûtant de peau, de cartilage et d’os de porc. On la retrouve le plus souvent sous le code E441 dans la liste des ingrédients étiquetés sur les paquets de friandises.

Haribo informe (enfin) ses consommateurs

Les fabricants de bonbons assurent développer depuis plusieurs années des alternatives à la gélatine animale. On peut par exemple lire sur le site d’Haribo, bien conscient que sa gélatine porcine peut incommoder certains consommateurs par souci religieux ou éthique, notamment depuis le « halalgate » lié à ses produits : « L’entreprise est consciente que les produits contenant de la gélatine ne conviennent pas à tout le monde (…) Quelques bonbons gélifiés sont également fabriqués à l’aide d’amidon ou d’agar-agar, une variété d’algue tropicale. Ces produits peuvent également être consommés sans problème par les végétariens ou les personnes de confession musulmane. »

Pierre Z. Lajarge

Laisser un commentaire