A Gaza, un Aïd à crédit