La vidéo qui montre la maltraitance animale dans un abattoir d’Alès a fait ressurgir la polémique sur le halal qui n’a pourtant rien à voir.

La vidéo qui montre la maltraitance animale dans un abattoir d’Alès a fait ressurgir la polémique sur le halal. Qui n’a pourtant rien à voir…

L’abattoir d’Alès fermé, les messages sur les réseaux sociaux n’ont cessé de dénoncer les méthodes halal, oubliant bien souvent que les porcs maltraités dans la vidéo de l’association L214 montraient bien à eux seuls que l’abattoir était un abattoir classique et non spécialisé dans l’abattage rituel. Mais qu’importe, le FN a décidé de récupérer la polémique pour relance l’incessante polémique sur le halal. Toujours aussi stérile.

La viande consommée en Île-de-France pas halal

En effet, le frontiste Wallerand de Saint-Just a profité de la polémique pour indiquer : « Je rappelle cependant que la situation des abattoirs franciliens n’est guère meilleure. En effet, d’après un rapport de la Chambre d’agriculture d’Île-de-France, l’intégralité de la viande abattue dans notre région l’est selon le rite halal. » Et le trésorier du FN, qui n’a probablement jamais mis les pieds dans un abattoir halal, de parler des « scènes d’agonie pouvant durer jusqu’à 15 minutes et d’un véritable danger sanitaire. » L’homme politique réitère simplement les propos de Marine Le Pen, qui indiquait en 2012 que « l’ensemble de la viande qui est distribuée en Île-de-France, à l’insu du consommateur, est exclusivement de la viande halal. »

Il est bon, en période électorale, de rappeler que ces affirmations sont fausses. Selon la Chambre d’agriculture d’Île-de-France, la majorité de la viande abattue en Île-de-France est bien halal ou casher. Mais seulement « 2 % de la viande consommée en Île-de-France est abattue dans la région. La majorité de la viande vient des grandes régions d’élevage voisines », explique Jean-Baptiste Galloo, vice-président de la maison de l’élevage d’Île-de-France.

Abattoir d’Alès : le FN profite du scandale pour parler de viande halal (ici)

Pierre Z. Lajarge

Laisser un commentaire