Un nouveau centre de formation des imams a été inauguré au Maroc par le roi Mohamed VI. Des imams français ont déjà intégré ce centre.

En collaboration avec le bureau des cultes du ministère de l’Intérieur, 50 imams français vont suivre un cycle de formation de trois ans au Maroc, au sein du premier « Institut de formation des imams prédicateurs et des prédicatrices ». Cette institution, qui porte le nom du souverain marocain, a été inaugurée, le 27 mars 2015 à Rabat. Après la Sharia Board, le label halal reconnu par le Jakim, les magasins 100% halal, Takaful l’assurance halal… Le Roi veut renforcer le rayonnement religieux du Royaume.

Des imams des quatre coins du monde

L’institut Mohammed VI de formation des imams accueille des étudiants du monde entier. Cinquante futurs imams français ont pu décrocher leur place dans ce centre. Mohammed Moussaoui, président de l’Union des mosquées de France (UMF), a déclaré : « nous avons envoyé une première promotion de 22 étudiants, 28 autres les rejoindront en septembre 2015. Ils sont relativement jeunes, âgés de 22 à 40 ans ». Les profils sélectionnés pour suivre le cycle de formation des imams ont la particularité d’être binationaux : à la fois Français et Marocains. « Pour les Français d’origine tunisienne ou algérienne par exemple, cela aurait pu être compliqué avec le pays d’origine qui organise également des formations d’imams… On aurait pu interpréter cela comme de l’ingérence. Mais pour les prochaines années, et en concertation avec ces autres pays et avec la France, nous aimerions que cela évolue », a précisé l’ex-président du Conseil français du culte musulman.

Le programme de formation des imams

La formation des imams dans cet institut s’articule sur deux axes. D’abord, il s’agit d’un corpus commun qui porte essentiellement sur la connaissance des textes et les techniques pour diriger la prière. Par la suite, une formation spécifique inspirée du pays d’origine est proposée aux imams. Pour les candidats Français, « elle traiterait de l’étude de la laïcité, de l’histoire du pays, de la sociologie française… à l’image de la formation dispensée à l’Institut catholique de France », précise le président de l’Union des mosquées de France (UMF). Cette formation pourra ainsi être délocalisée en France dans les universités parisiennes.

Source (ici)

Yassine Bannani

Laisser un commentaire