L’Insee publie une étude sur les flux migratoires en France depuis 2006.

L’Insee vient de publier une étude sur les flux migratoires en France depuis 2006. Elle prouve que la France est loin d’attirer les immigrants…

Non, la France n’est pas envahie par les immigrés. Ce mardi 13 octobre, l’Insee a livré une étude sur les flux migratoires entre 2006 et 2013. A sa lecture, on est bien loin des « informations » véhiculées par la fachosphère. En substance, ce rapport indique que le solde migratoire est largement en fléchissement depuis dix ans et que les immigrés ne sont pas en train de faire le grand « remplacement » tant redouté par les personnes d’extrême droite.

Une immigration très mesurée

Jugez plutôt : entre 2006 et 2014, la France a gagné 2,6 millions d’habitants. Preuve que l’immigration est importante ? Pas vraiment, car sur cette même période, le solde migratoire y a contribué à hauteur de 400 000 personnes. Le taux d’immigrés nés à l’étranger est passé, en huit ans, de 8,13 % à 8,92 %. C’est-à-dire qu’il a quasiment stagné. Penser que l’immigration a augmenté est donc une hérésie que les chiffres mettent à mal. Ajoutez à ceci le fait que l’immigration rapporte au pays plus qu’elle ne coûte, et les mauvaises langues n’y trouveront rien à redire.

Le principal enseignement de l’étude de l’Insee, c’est le solde migratoire qui reste plutôt faible : ceux qui croient que les immigrés envahissent le territoire et font exploser les chiffres de la population ont tort : la différence entre les entrées sur le territoire et les sorties est trois fois moins élevé qu’en 2006. Plus les années avancent, plus les Français quittent le territoire et plus la progression de l’immigration ralentit. Finalement, la France attire moins qu’elle ne fait fuir.

Quatre graphiques qui démentent des idées reçues sur l’immigration (ici)

Yassine Bannani

Laisser un commentaire