Avec Finkielkraut, le racisme commence par des mots et finit bien par des crachats