Karim Benzema attaqué par Dupraz ou Valls. Les Français détestent-ils le footballeur ? Et si oui, pourquoi ?

L’entraîneur de Toulouse fustige Benzema pour son attitude à la Coupe du Monde 2010. Problème : le joueur de Madrid n’avait pas été sélectionné pour la compétition…

Laurent Blanc, à l’époque où il était le sélectionneur de l’équipe de France, a remis dans le groupe des Bleus « tous les joueurs qui s'étaient moqués de notre métier et de notre nation à l'occasion d'une Coupe du monde », estime Pascal Dupraz, l’entraîneur de Toulouse, pour qui : « Non pour Benzema et non pour tous ceux qui sont encore en sélection alors qu'ils ne devraient pas y être. » Le coach du TFC en rajoute une couche au cas où l’on n’aurait pas compris : « Si j'avais été Laurent Blanc, après Knysna, je n'aurais jamais sélectionné aucun des joueurs qui n'est pas descendu du bus. »

Benzema devrait donc être viré de la sélection nationale non pas à cause des affaires en cours contre lui — Dupraz respecte la présomption d’innocence, il n’est pas Premier ministre après tout — mais parce qu’il a été l’un des participants à la grève des footballeurs qui n’étaient pas sortis du bus lors de la Coupe du Monde en Afrique du Sud. On peut au moins confirmer une chose : Benzema n’est effectivement jamais descendu du bus. Pour la simple et bonne raison qu’il n’y est jamais monté non plus. En effet, Domenech avait, à l’époque, écarté Benzema du groupe France avant le début de la compétition. Le Madrilène était donc resté chez lui pour regarder la Coupe du Monde 2010.

Benzema et le « délit de sale gueule »

Après les propos du Premier ministre (voir encadré ci-dessous), c’est donc au tour du milieu du foot de décider que Benzema n’a pas sa place chez les Bleus. Et le cas Dupraz n’est pas un cas isolé… Nicolas Vilas, journaliste sportif et auteur de « Dieu Football Club », rappelle que lorsqu’on parle de Nasri, Benzema, Ben Arfa ou Anelka, les propos ne sont jamais très tendres. « Il y a un délit de sale gueule vis-à-vis de ces gars-là, explique-t-il. Concernant Benzema, le problème est que les gens gardent en tête — même s’il a été blanchi — ses photos avec Rihanna ou les histoires avec Zahia, alors qu’il est marié. » Certes, il a quelques casseroles, Benzema. Mais un Karabatic a été reconnu coupable d’escroquerie. Il est toujours dans l’équipe nationale de handball.

Selon Nicolas Vilas, Benzema reste un coupable idéal. « Ce mec est tellement victime du délit de sale gueule que tu fais un sondage et que tu demandes quel a été le problème à Knysna, les gens te répondront que c’est Nasri et Benzema, assure le journaliste. Or, aucun des deux n’y était ! » Pour le spécialiste du football, Karim Benzema est aussi la victime de la mode du buzz facile. Comme lorsque la France s’emballe parce que le joueur a craché sur la pelouse après La Marseillaise, une polémique notamment relayée par Nadine Morano. « Des mecs arrivent à créer des polémiques comme ça, c’est dingue ! Il n’a jamais chanté l’hymne. Et alors ? Platoche a avoué qu’il ne la chantait pas toujours non plus. Les mecs te font de l’interprétation là-dessus, ça part en sucette », s’emporte Nicolas Vilas.

Il y aura toujours une certaine suspicion vis-à-vis de Benzema. Et ce, quoi qu’il arrive. A moins qu’il ne marque en finale de l’Euro 2016…

Valls se pose en juge de la République


Manuel Valls, dans une interview, a indiqué que « les conditions ne sont pas réunies pour que Karim Benzema revienne en équipe de France. » Pour le premier ministre, « par rapport à la jeunesse, un grand sportif doit être exemplaire. » Eric Dupont-Moretti, le nouvel avocat de Benzema, a répondu : « Manuel Valls a dans son équipe gouvernementale deux condamnés : Monsieur Ayrault et Monsieur Désir. Vous avez entendu Didier Deschamps contester la constitution de l'équipe du gouvernement ? Mais de quoi il se mêle le Premier Ministre ? (...) Que chacun reste à sa place, de grâce. » Eh oui, Monsieur Valls, sauf qu’en plus, Karim Benzema est présumé innocent. Jusqu’à preuve du contraire.

Yassine Bannani

Laisser un commentaire