Contactez-nous

Société

Sa fausse arrestation pour soupçons de terrorisme fait le buzz

En racontant sa fausse arrestation par des policiers pour soupçons de terrorisme, Yassine M. voulait simplement faire parler de sa start-up. Un coup marketing qui fait débat.

Publié

le

« Qui voulez-vous convertir ? »Sur le réseau Medium, Yassine M. raconte une supposée arrestation dans un bus parisien pour soupçons de terrorisme. Tout semble gros, à commencer par la présence d’un agent de la DGSE, les services de renseignement basés à l’étranger. Mais on se prend à lire l’histoire et même à s’indigner.

Yassine M., donc, raconte son interrogatoire , à la façon des films d’espionnage après une conversation avec sa stagiaire à l’autre bout du téléphone, dans un bus, lors de laquelle notre héros aurait demandé à son interlocutrice combien de clients elle « convertit chaque semaine », si elle pouvait viser « une cible bien précise » en lui proposant de « re-regarder les vidéos d’Oussama », qui lui, « a tout compris. » Oussama, explique Yassine dans son texte, est le cofondateur d’une autre start-up.

« Je ne sais pas si c’est le fait de porter une barbe dans un lieu public couplé à cette phrase qui a attiré l’attention des passagers », ironise-t-il dans son texte avant d’affirmer : « J’ai eu du mal à me remettre de cette histoire. Aujourd’hui, j’ai digéré et je préfère en rire. » Tout ceci est cependant faux.

Depuis ce lundi, l’histoire tourne en boucle sur les réseaux sociaux. Certains y croient, d’autres doutent alors que la plupart des internautes dénoncent un coup marketing de mauvais goût pour faire la promotion de son entreprise. Plusieurs journaux, comme le JDN ou Libé ont tenté de démêler le faux du vrai.

Joint par LeMuslimPost, Yassine M. explique avoir « simplement voulu faire parler de (son) activité. » Sans le vouloir, le patron de start-up a aussi permis de rappeler que l’état d’urgence, après les attentats, avait visé de nombreux musulmans qui avaient alors été jugés sur leur apparence. Le Défenseur des droits Jacques Toubon avait à l’époque dénoncé une « entreprise de sécurité où il semblerait que les salariés de religion musulmane seraient harcelés depuis les attentats. »

Laisser un commentaire

Horaires de prière

Horaires de prières

Facebook

Tweets

Muslimoscope