Quand la fachosphère bafoue les valeurs de la République