Contactez-nous
Dirigeants et peuples d'Europe de l'Est manifestent leur désapprobation de l'immigration musulmane. Dirigeants et peuples d'Europe de l'Est manifestent leur désapprobation de l'immigration musulmane.

Actualité

En Europe de l’Est (aussi), les Musulmans ne sont pas les bienvenus

Publié

le

Hongrie, Slovaquie, Pologne : des pays qui, par la voix même de leurs dirigeants, expriment sans détour leurs réticences – quand ce n’est pas leur refus – d’une immigration musulmane qui serait incompatible avec leurs « sociétés chrétiennes ».

« L’Islam n’a pas sa place dans une Europe chrétienne ». C’est ce que déclarent en choeur des dirigeants de pays d’Europe de l’Est, à propos des dizaines de milliers de réfugiés qui frappent continuellement aux portes de l’Europe, fuyant les violences et les conflits en Moyen-Orient et en Afrique. La Hongrie a ainsi érigé un mur de barbelés de 175 kilomètres le long de sa frontière méridionale. Un pays qui a aussi déployé 10 000 représentants des forces de l’ordre (policiers et soldats) tout au long de cette frontière et qui a recruté près de 3 000 « chasseurs », les équipant de bombes lacrymogènes et même d’armes à feu, pour former un premier rideau protecteur face à l’afflux de migrants.

Viktor Orbán, le Premier ministre hongrois, a d’ailleurs clairement affirmé que « ceux qui arrivent ont été élevés dans une autre religion et représentent une culture radicalement différente ». Auteur d’une tribune publiée dans le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine, Orbán souligne que « la plupart des réfugiés sont musulmans ». Ce qu’il considère comme « un problème important », dans la mesure où « l’Europe et l’identité européenne est inscrite dans la chrétienté ». Le chef de l’exécutif hongrois a profité de cet espace d’expression pour rappeler que à ses compatriotes et au reste de l’Europe orientale des épisodes de l’histoire au cours desquels les musulmans ont envahi leurs territoires. Il enjoint particulièrement la population rurale à faire preuve du même « courage » que celui de leurs ancêtres « dans la guerre contre les armées ottomanes ».

Une intégration « tout simplement impossible »

Le Premier ministre slovaque, Robert Fico, fait encore moins dans la nuance. Pour lui, non seulement « l’Islam n’a pas de place dans [son] pays » mais il considère que les migrants musulmans n’ont pas le droit de « modifier le caractère de notre pays », selon des propos rapportés par le Washington Post. « L’idée d’une Europe multiculturelle a échoué », avance-t-il, insistant sur le fait que « les migrants ne peuvent être intégrés, c’est tout simplement impossible ».

Même son de cloches du côté de la Pologne, qui préfère n’accepter que des réfugiés chrétiens. « Une personne qui arrive en Pologne doit démontrer qu’il ou elle peut s’intégrer à notre culture et à notre société », a affirmé le ministre polonais des Affaires étrangères, Witold Waszczykowski, dans un entretien accordé au site d’informations en ligne The Middle East Eye. « C’est pourquoi nous avons davantage d’espoir que les réfugiés chrétiens ont un meilleur potentiel d’assimilation », a-t-il poursuivi.

Laisser un commentaire

Horaires de prière

Horaires de prières

Facebook

Tweets

Muslimoscope

Publicité

A la une