Pour le député Olivier Falorni, « les marchands du temple n’ont pas disparu »