Née en 1976 et d’origine palestinienne, Rashida Tlaib, comme d’autres candidats démocrates se mobilise régulièrement contre la politique menée par le président Donald Trump.

Il y a deux ans, elle a été arrêtée pour avoir perturbé un discours de Donald Trump à Détroit. Elle lui avait crié « nos enfants méritent mieux » en l’invitant à lire la Constitution.

Plus récemment, la jeune femme a protesté contre le Muslim Ban, qui interdit à plusieurs pays musulmans l’accès au territoire américain. Si elle est élue au Congrès, elle a déjà annoncé quelle présenterait une loi pour abroger cette décision. 

« Ecrire une page de l’histoire, à une époque où tant de musulmans américains se sentent attaqués et ciblés uniquement à cause de leur foi, inspirerait des millions de personnes à travers le pays. Bien qu’il serait incroyable de devenir la première (1ère femme musulmane au Congrès ndlr), j’espère que beaucoup de gens verront que je représente aussi une génération d’Américains qui en ont assez du fait que le gouvernement aide moins nos familles et davantage les riches », a t-elle confié à Forbes, en mai dernier, interrogée sur sa probable victoire. 

Pour Zaki Barzinji, chargé de liaison entre les musulmans américains et la Maison Blanche sous la présidence Obama, Rashida Tlaib est une vraie femme de terrain, qui a toutes les chances de réussir. 

« Elle ne se contente pas de se lancer dans une course au Congrès en venant de nulle part. Elle a littéralement passé plus d’une décennie à gravir les échelons. C’est une leçon que j’aimerais que notre communauté musulmane américaine apprenne », a t-il rapporté à CNN. 

A travers son élection, Rashida Tlaib entend donc entre autres, contrer les discours anti-musulmans portés par les politiques ou les médias américains, qui ont fait des ravages dans la société mais aussi dans sa propre famille. 

Mère de deux enfants de 6 et 12 ans, Rashida Tlaib raconte qu’une fois, elle s’était indigné contre une BD représentant un squelette dans un uniforme nazi qui s’écriait « Allahou Akbar ». 

Son fils aîné s’était alors approché d’elle et lui avait confié : « Maman, ne t’inquiète pas, si quelqu’un me demande si je suis musulman, je mentirai et je répondrai que je ne le suis pas ».

Un coup dur pour la mère de famille, qui lutte au quotidien contre les préjugés sur l’islam et ses fidèles.

« Nous avons l’impression d’avoir déjà travaillé dur, mais nos enfants souffrent toujours. C’est très douloureux et les gens me disent : tu dois gagner, parce que si tu gagnes, nos enfants réaliseront que nous faisons partie intégrante de la société ». 

Comme elle, selon CNN, d’autres femmes musulmanes seraient candidates au Congrès. Parmi elles, Fayrouz Saad, dans le 11e district du Michigan, Tahirah Amatul-Wadud dans le 1er District du Massachusetts, et Deedra Abboud, candidate au Sénat en Arizona.