A l’approche du scrutin présidentiel de 2022, un tropisme islamophobe s’est imposé dans le discours de la droite identitaire. La peur de l’immigration, de l’Autre est entretenue par la théorie du “grand remplacement » prônée par Eric Zemmour.

Depuis 10 ans, Eric Zemmour rabâche la même affirmation: “Les populations européennes, blanches et chrétiennes, sont menacées d’extinction à cause de l’immigration musulmane, provenant du Maghreb et d’Afrique noire”. Le potentiel candidat à la présidentielle est certain. La France sera “à moitié islamique en 2050”.

A en croire le polémiste Zemmour, “Le grand remplacement n’est ni un mythe, ni un complot, mais un processus implacable”. En France, un peuple sera remplacé par un autre. “La civilisation islamique” prendra le dessus sur “la civilisation européenne”.

Qu’est-ce que le “grand remplacement” ?

L’expression “Le grand remplacement” est à l’origine le titre d’un livre de l’écrivain français Renaud Camus, publié en 2011. Dans son ouvrage, il dresse un constat alarmant selon lequel, un processus de substitution est en cours en France. L’immigration massive et la forte fécondité chez les immigrés extra-européens entraineront un remplacement de la population d’origine, blanche et chrétienne, qui deviendra minoritaire. La nouvelle majorité va par la suite imposer sa religion, sa culture et son mode de vie aux Européens.

De plus, pour en arriver là, cette majorité va s’appuyer sur les complicité des élites politiques dirigeantes, qualifiées de “remplacistes”. Cette théorie a été largement reprise et diffusée par Eric Zemmour, dans ses livres, ses discours et ses passages télés et radios. Elle repose sur des valeurs xénophobes, islamophobes et racistes.

Une théorie réfutée par les spécialistes

Cette vision conspirationniste, véritable outil de propagande de la haine des minorités est pourtant condamnée par les démographes. Hervé Le Bras, démographe, directeur d’études à l’Institut nationale des études démographiques et à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, a déconstruit ce discours de l’extrême droite.

Le spécialiste a non seulement montré que les portes de la France ne sont pas grandes ouvertes aux étrangers non Européens comme le prétend la droite identitaire mais a aussi prouvé, chiffres à l’appui, que ces immigrés resteront minoritaires pendant très longtemps encore. “[…] les Français d’origine qui comptaient pour 85% de la population totale en 2020 représentent encore 66% en 2100, soit les deux tiers. Si on poursuit la projection au-delà de 2100, la population d’origine non immigrée ne devient minoritaire qu’en 2160, soit dans 140 ans », explique-t-il.

Les démographes sont unanimes. Les statistiques ne mentent pas. Ce discours n’a aucun fondement scientifique, alimente la psychose envers les musulmans et sème la peur dans la société française.

Qu’en pense le Rassemblement national ?

La théorie du “grand remplacement” est devenue à la mode sur la scène médiatique. Le concept est la clé de voûte de la popularité d’Eric Zemmour. Le probable candidat à la présidentielle, toujours plus à droite, que l’extrême droite base sa rhétorique sur cette théorie, que Marine Le Pen juge un peu trop complotiste.

En 2014 déjà, la cheffe de file du Rassemblement national déclarait “Le concept de grand remplacement suppose un plan établi. Je ne participe pas à cette vision complotiste. Je pense de manière plus pragmatique que l’immigration est utilisée depuis trente ans par les grands milieux financiers pour peser à la baisse sur les salaires, avec une grande efficacité si j’en crois les derniers chiffres”.

De son côté, le num​éro 2 du parti d’extrême droite, Jordan Bardella, estime que cette théorie pointe une réalité. “Je n’aime pas ce mot de grand remplacement parce qu’il n’est pas clair. C’est un slogan très intellectuel mais il pointe une réalité qui est juste. Allez vous balader dans tous les quartiers où j’ai grandi, en Seine-Saint-Denis” a-t-il martelé.

En fait, chez le Rassemblement national, le basculement démographique est une réalité mais le concept, tel que proposé par Eric Zemmour, est une théorie complotiste. Peut-être que le parti ne veut pas être associé au polémiste ? Pourtant, ils partagent les mêmes valeurs: l’islamophobie, la xénophobie et le racisme.