En Premier League, des arbitres ont laissé des joueurs musulmans rompre le jeûne en plein match. Une nouvelle qui a fait polémique en France, où la fachosphère s’est déchaînée.

La rencontre de Premier League opposant Leicester à Crystal Palace a, il y a plusieurs jours, été brièvement interrompue. Les joueurs en étaient à la 34e minute quand Wesley Fofana est sorti quelques secondes du terrain pour se réhydrater et ainsi rompre le jeûne. Le joueur français s’est félicité de cette pratique sur les réseaux sociaux, alors qu’en Ligue 1, les joueurs doivent attendre la mi-temps ou la fin du match, selon l’horaire, pour pouvoir rompre le jeûne.

D’autres scènes similaires ont été observées en Premier League, mais également en Turquie.

Cette année, les arbitres ont en effet pu autoriser les ruptures du jeûne en pleines rencontres. Une initiative dues aux instances du football britannique : la Premier League a en effet autorisé les arbitres à décider, lors d’une réunion d’avant-match, avec les capitaines des deux équipes, s’il fallait faire une pause de quelques secondes au coucher du soleil.

Si la décision a été saluée outre-Manche, elle fait polémique… en France. Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes ont estimé que la religion ne devait pas empiéter sur le sport. Pourtant, pour les joueurs concernés, cela n’a interrompu le match que quelques secondes, le temps de boire un peu d’eau et de manger une banane.

Pour les sportifs de haut niveau, cette décision de la Premier League est bénéfique, car les corps sont bien souvent fragilisés : « Physiquement, on est fatigué. On est humain donc forcément que l’on est impacté. Mais après, il y a la foi. C’est ce qui fait la différence. Mais c’est sûr qu’au niveau du rendement, c’est moins bien. On a toujours une période de fatigue », se souvient Jamal Alioui, ex-international marocain qui a joué en Italie.

Il y a deux ans, l’entraîneur Jürgen Klopp expliquait : « Le jeûne de mes joueurs ne pose pas de problème… Je respecte leur religion, ils ont toujours été étonnants, qu’ils soient à jeun ou non. Il y a des jours où Mané et Salah arrivaient en retard au vestiaire parce qu’ils priaient. Il y a beaucoup de choses plus importantes que le foot ». En Angleterre, ce respect des croyances des footballeurs semble de plus en plus important. Là où, en France, de nombreux supporters y voient une action contraire à la laïcité.