Plus de 1.600 personnes ont été arrêtées en trois jours en Jordanie pour violation du couvre-feu imposé dans l’ensemble du royaume afin de contenir la propagation du nouveau coronavirus, a indiqué mardi le porte-parole de la sûreté générale.

L’ensemble des 1.657 personnes arrêtées dans plusieurs régions du pays depuis l’entrée en vigueur du couvre-feu samedi ont été placées en quarantaine dans des centres gérés par les forces armées, a-t-il précisé.

La veille, le ministre de l’Intérieur Salam Hamad a affirmé que les contrevenants seraient placés « en quarantaine pendant 14 jours puis punis selon la loi ». « Quatre nouveaux centres ont été aménagés » à cet effet, selon lui.

En annonçant la mise en place du couvre-feu jusqu’à nouvel ordre, le porte-parole du gouvernement, Amjad al-Adaylé, avait prévenu la semaine dernière que toute contravention entraînerait « un emprisonnement immédiat qui ne dépasserait pas un an ».

L’armée a été déployée pour faire respecter les directives demandant à la population de ne sortir de chez elle qu’en cas de force majeure. Elle a également interdit le déplacement entre les provinces et bouclé la capitale Amman. Les transports publics et les vols sont également suspendus.

Seules les boulangeries et les pharmacies restent ouvertes.

Mais pour éviter que la population sorte de chez elle, 190 bus affrétés par la municipalité d’Amman ont livré mardi, moyennant paiement, le pain à la population cloîtrée chez elle. Des compagnies privées de distribution d’eau et des pharmacies ont été autorisées à livrer également à domicile.